Chaque Nation, Peuple, Race, etc... À utiliser un Calendrier pour marquer le temps cyclique.
Les noirs égyptiens avaient leur propre calendrier.
Le calendrier utilisé par les Maya est différent de celui des Européens.
Les sages Dogons utilisent aussi un calendrier différent des mindele pour célébrer leurs cultes ancestraux.
À l'époque de l'empire de Kongo dia Ntotela, les Bena Kongo avait leur propre calendrier dont paraît il était composé de 13 mois.En tout cas après la lecture d'un passage du Makongo, le sixième mois de l'année occidentale connu sous le nom du mois de Juin correspond au neuvième mois du calendrier des Banabi Kongo a ditNtumua Mase !
Beaucoup parmi vous pollué par culture occidentale (mindele) ne connaisse pas l' origine des noms des mois du calendrier des Mindele devenu universel.
Je vous invite à scruter le passée afin de percer les secrets de ce calendrier a dit Ntumua Mase.
Ainsi vous saurez pourquoi les sages Bena Kongo disent :
- Zaya kinkulu mu Nza, kidivo wakulala, ye kituka nkulu mu nza.
- Sache l'histoire du monde pour que tu puisses croître, et devenir grand dans ce monde.
- Wungimina mfundi, kansi kungimini mazayu ko. Kadi buzoba dia budianga mazoba ye mavanga mawu.
- Refuse moi à manger mais ne me refuse pas la connaissance. Car l'ignorance tue les ignorants et leurs œuvres... Ingeta ! Ibobo, ibobo !
CONNAISSANCES PRÉALABLES
Pour mieux comprendre tout ce que je vais exposer par la suite, il est nécessaire de
donner les simples définitions suivantes :
Année : c’est l’unité de mesure du temps. Les années sont trois : deux réelles et une
conventionnelle.
Année sidérale : c’est la durée que met la terre pour faire un tour complet autour du
soleil. Sa durée est de 365,25636 jours.
Année tropique : c’est la durée nécessaire pour avoir une succession complète des saisons. Sa durée est de 365,242199 jours.
Les calendriers sont fabriqués à partir de l’année tropique, étant donné qu’elle est
perceptible au grand public en raison de la succession des saisons. L’année sidérale est
employée seulement par les astronomes.
Comme la durée de l’année tropique ne correspond pas à un nombre entiers de jours,
l’institution de « l’année civile » a été jugée nécessaire.
Année civile : il s’agit d’une année conventionnelle qui a un nombre entier de jours de manière à ce qu’au fur du temps, le nombre total d’années civiles corresponde exactement au nombre d’années tropiques écoulées. C’est pour cette raison que l’année civile n’a pas
un nombre fixe de jours. À notre époque, le nombre de jours de l’année civile s’élève
parfois à 365 et parfois à 366.
Calendrier : C’est un système de regroupement des jours de l’année civile, d’après les mœurs et les traditions des peuples.
Avec le calendrier, on recherche l’harmonisation de la durée naturelle de l’année tropique avec la durée conventionnelle de l’année civile.
SOMMAIRE HISTORIQUE DU Système CALENDAIRE ACTUEL
ANCIEN CALENDRIER ROMAIN AVANT 700 AVANT JÉSUS-CHRIST
Le calendrier actuel est l’évolution d’un ancien calendrier romain imparfait qui était en vigueur jusqu’en 700 avant Jésus-Christ.
Il était divisé en 10 mois et sa durée totale était de 304 jours. L’année civile commençait aux environs du 1er mars et finissait le 30 décembre.
C’est-à-dire qu’il lui manquait une période de l’année d’environ deux mois, peut-être parce
que, durant cette période d’hiver, les Romains n’avaient pas d’activités agricoles ou guerrières.
Au début, les mois avaient le nom de leur ordre numérique. Le premier s’appelait premier le deuxième, deuxième etc. Mais les Romains remplacèrent très vite les noms des quatre premiers mois par des noms de divinités comme suit :
Le premier mois s’appela Martius après le dieu de la guerre Mars.
Le deuxième Aprilis du verbe aperito qui signifie ouvrir. Suivant une autre version, le nom Aprilis provient de l’appellation familière du dieu Apollon, Aperta.
Le troisième s’appela Majus du nom de la déesse Maja.
Le quatrième Junius, du nom de la déesse Junon. Les autres mois continuèrent à avoir le nom de leur ordre numérique : Quintilis (cinquième), Sextilis (sixième), September (septième) etc.
ANCIEN CALENDRIER ROMAIN AVANT 700 ANS AVANT JÉSUS-CHRIST
Nom des mois Nombre de jours
1 Martius 31 jours
2 Aprilis 30 jours
3 Majus 31 jours
4 Junius 30 jours
5 Quintilis 31 jours
6 Sextilis 30 jours
7 September 30 jours
8 October 31 jours
9 November 30 jours
10 December 30 jours
Durée totale de 304 jours
LE CALENDRIER DE NUMA
En 700 avant Jésus-Christ (53 ans après la fondation de Rome), le roi Numa Pompilius, institua un autre calendrier, connu historiquement comme le calendrier de
Numa et fut imposé dans presque tout le monde connu lorsque Rome en devint la
maîtresse.
Numa fut le premier « Grand Pontife » (Pontifex maximus). Une des fonctions du Grand Pontife, était le plein pouvoir de modifier les calendriers.
Ce titre fut maintenu par chaque maître suprême de Rome, au début par les rois et ensuite par les empereurs.
Au IVe siècle après Jésus-Christ, l’empereur Gratien, donna le titre de « Pontifex Maximus » à tous les Papes.
Numa ajouta deux mois supplémentaires à l’ancien calendrier romain.
Le mois de janvier en tant qu’onzième mois et le mois de février en tant que douzième. Le nom janvier provient de la divinité romaine Janus qui était le dieu de tous les commencements.
Quant au nom février il provient du nom de la divinité souterraine Februa.
La durée totale de ces 12 mois était de 354 jours, c’est-à-dire, 11 à 12 jours plus petite que l’année tropique. Pour cette raison, tous les deux ans, on ajoutait après le mois de février, qui était le dernier mois, un treizième « mois intercalaire » (mensis intercalaris), dont la durée était parfois de 22 jours et parfois de 23 jours.
À part le mois de février et le mois intercalaire, les autres mois avaient une durée de 29 ou de 31 jours.
En 153 avant Jésus-Christ (600 ans après la fondation de Rome), janvier devint le premier mois de l’année civile et décembre le dernier. Les noms des mois restèrent les mêmes bien qu’ils ne correspondaient plus à leur ordre numérique. Néanmoins le mois intercalaire continua toujours à être placé après le mois de février.
Le calendrier de Numa subit aussi d’autres modifications dont les plus importantes sont celles de l’astronome grec Cleostratus de Ténedos.
Ces modifications concernaient le mois intercalaire et plus précisément sa durée, quand celui-ci aura 22 jours et quand il en aura 23. Cleostratus évalua la durée de l’année tropique à 365 jours et un quart, exactement autant que Sosigène (auquel je me réfère par la suite) en 46 avant Jésus-Christ. Si les consignes de Cleostratus furent appliquées correctement, la réforme connue comme calendrier julien n’aurait pas été nécessaire.
Mais les assistants du Grand Pontife, soit par mauvaise interprétation des consignes de
Cleostratus, soit pour des raisons personnelles, ne suivirent pas ses consignes.
Ainsi l’année civile s’élevait pratiquement à 365 jours et un huitième. Cela eut comme
conséquence que jusqu’en 46 avant Jésus-Christ, le calendrier divergea de 80 jours et les fêtes d’hiver furent fêtées en automne.
LE CALENDRIER DE NUMA POMPILIUS après 153 AVANT JÉSUS CHRIST
1 Januarius 29 jours
2 Februarius 28 jours
3 Martius 31 jours
4 Aprilis 29 jours
5 Majus 31 jours
6 Junius 29 jours
7 Quintilis 31 jours
8 Sextilis 29 jours
9 September 29 jours
10 October 31 jours
11 November 29 jours
12 December 29 jours
Tous les deux ans, intercalation d’un 13ème mois qui dure parfois 22 jours et parfois 23 jours.
LE CALENDRIER JULIEN
Pour toutes ces raisons, en 46 avant Jésus-Christ (707 ans après la fondation de Rome), l’empereur Jules César, en qualité de Grand Pontife ayant le droit d’intervenir et de modifier les calendriers, confia à l’astronome grec d’Alexandrie Sosigène, de faire un calendrier plus perfectionné tout en l’harmonisant au calendrier de Numa.
Ce calendrier fut appelé Julien puisqu’il fut institué par l’empereur Jules César. Aujourd’hui il est aussi connu comme ancien calendrier.
Sosigène calcula la durée moyenne de l’année tropique à 365,25 jours. Il institua la durée de l’année civile à 365 jours et tous les 4 ans à 366. Il supprima le mois intercalaire et établit un jour intercalaire tous les quatre ans qui fut placé comme trentième jour au mois de février.
Lors des premières années de l’application du calendrier julien, le jour intercalaire fut inséré
« après le sixième jour et avant les calendes de mars ». On l’appela « deux fois sixième » et l’année ayant deux fois le sixième jour bissextile. Cette particularité existe encore aujourd’hui pour les années de 366 jours. Les calendes étaient le premier jour de chaque mois.
En 46 avant Jésus-Christ (707 ans après la fondation de Rome), les 80 jours qui furent réellement écoulés mais qui n’avaient pas été comptés furent ajoutés.
Ainsi cette année dura 445 jours et resta connue dans l’histoire comme l’année du désordre (annus confusionis).
Sosigène redistribua le nombre de jours des mois et alterna leur durée à 30 et 31 jours, à l’exception du mois de février qui eut 29 jours pendant les années ordinaires et 30 pendant les années bissextiles.
En 44 avant Jésus-Christ (709 ans après la fondation de Rome) après l’assassinat de
Jules César, Marc Antoine changea le nom du mois quintilis et l’appela juillet en hommage au grand général et réformateur du calendrier.
En l’an 8 avant Jésus-Christ (746 ans après la fondation de Rome) pour honorer l’empereur Octave le mois sextilis fut appelé Augustus.
En l’an 4 avant Jésus-Christ Octave supprima une journée du mois de février et l’ajouta au mois qui portait son nom, de sorte que le nombre de jours des mois changea à nouveau, comme le montrent les tableaux ci-dessous.
CALENDRIER JULIEN 4 AVANT JÉSUS-CHRIST
1 Januarius 31
2 Februarius 28 – 29
3 Martius 31
4 Aprilis 30
5 Majus 31
6 Junius 30
7 Julius 31
8 Augustus 31
9 September 30
10 October 31
11 November 30
12 December 31
Après la prise du pouvoir par Tibère, le sénat changea le nom du mois de septembre et l’appela Tiberius pour l’honorer.
Cependant, comme Tibère était un empereur mesuré, il refusa cet homage et ainsi les mois arrêtèrent de changer de nom.
Après Tibère, certains autres empereurs comme Néron, Commode, Claudius, Amazonius, essayèrent d’imposer leurs noms à plusieurs mois, mais après leur mort ou leur éloignement du pouvoir ces mois reprirent leurs noms initiaux.
Le calendrier Julien était, lui aussi, imparfait car les 365,25 jours duraient plus que l’année tropique. Cela eut comme conséquence qu’après son application, on eut en sens
inverse de ce qui se passa avec le calendrier de Numa.
Concrètement, la durée des 365,25 jours est plus grande de 365,25 – 365,242199 =
0,007801 jours ou 674 secondes de la durée réelle de l’année tropique.
Par conséquent, tous les 128 ans il y a un décalage d’un jour. Ainsi, jusqu’à l’an 1582, 10 jours supplémentaires furent comptés sans avoir été écoulés.
LE CALENDRIER GRÉGORIEN
L’erreur du calendrier Julien fut déjà signalée dès le IIIe siècle après Jésus-Christ par plusieurs astronomes.
En l’an 1582, le pape Grégoire XIII, en qualité de « Pontifex Maximus », institua le calendrier grégorien, création intellectuelle de l’astronome et médecin Luigi Lilio de Calabrie.
Ce calendrier s’appelle aussi Nouveau calendrier.
Luigi Lilio calcula la durée de l’année tropique à 365,2425 jours. Cette durée est plus grande que la durée réelle de l’année tropique seulement de : 365,2425 – 365,242199 =
0,000301 ou 26 secondes. Cela a pour résultat que ce calendrier décline d’un jour tous
les 3320 ans.
Luigi Lilio maintint les durées des mois ainsi que l’institution des années bissextiles.
Cependant, il les diminua de 3 en l’espace de 400 ans en appliquant la règle suivante :
« Les années qui correspondent à un nombre entier de siècles ne sont pas bissextiles, à
part celles qui peuvent être divisées pas 400 ». En l’espace de 400 ans, de 1600 à 2000,
les années correspondant à un nombre entier de siècles sont 1700, 1800, 1900 et 2000.
De ces années 1700, 1800, 1900 ne sont pas bissextiles.
L’année 2000 fait exception à la règle et est donc bissextile puisqu’elle se divise par 400. Cela constitue la seule différence essentielle entre les deux calendriers : Selon le calendrier Julien, en l’espace de 400 ans, le nombre des années bissextiles est de 100, alors que selon
le calendrier Grégorien.
De plus, pour harmoniser le calendrier Julien, appelé désormais ancien, avec le calendrier Grégorien appelé Nouveau, Luigi Lilio supprima de l’année 1582 les 10 jours qui n’avaient pas été écoulés. Le changement se fit comme suit : Après le jeudi 4 octobre de l’ancien calendrier, suivit le vendredi 15 octobre du nouveau calendrier.
Aujourd’hui, la différence entre l’ancien et le nouveau calendrier s’élève à 13 jours et
le 14/3/2100 elle sera de 14 jours puisque l’année 2100 selon le calendrier Julien sera
bissextile et donc le mois de février aura 29 jours alors que, selon le calendrier Grégorien, elle ne sera pas bissextile puisqu’elle ne représente pas un nombre entier de siècles et elle ne se divise pas par 400.
Ntumua Mase

130308260_4230999993583179_1726906207599564848_n

Note : document original a été réalisé par :
CALENDRIERS ET RÉFORME DU CALENDRIER
Polychronis Karagkiozidis M.Sc. chimiste – Conseiller Scolaire en sciences physiques dans l’éducation de Deuxième Degré