images

Dans le passé, le Chef d'un Zikua de Bundu dia Kongo basé au Kongo Central m'avait envoyé un morceau de TONDO, de LUZIBU et un encens (NGISUDI) d'une odeur agréable..... J'ai toujours avec moi cela accompagné d'un Kazu (noix de Kola couleur rouge).... L'encens étant terminé ....à ma grande surprise, nous avons dans notre île la Martinique cet encens appellé par les initiés (Bois Lencens) ... l'arbre qui produit cette résine pousse chez nous....
 
Cet arbre est appelé localement COURBARIL....produisant cette résine appelée COPAL. Parfois les résines de des arbres appelés "Gommier Rouge" et "Gommier Blanc" sont aussi utilisées en encens étant la même famille que le Courbaril.
En médecine populaire, on utilise l’écorce et la résine (copal) qui exsudent du tronc et des racines.
 
Les sécrétions de Courbaril appelées "Gomme Copal", sont utilisées comme médicament, mais aussi comme vernis qui était très estimé par les sociétés amérindiennes et néocoloniales.
 
Aux Antilles une légende raconte qu'à la nuit tombée, si on se place entre un Fromager et un Courbaril (dont les feuilles se mettent par deux la nuit) et que l'on émet le vœu de pouvoir aller où bon nous semble, ce vœu se réalisera…
 
Il existe plusieurs variétes de Copal, résine qui est est extraite de l’hymenaea courbaril, du copal-quahitl, du Bursera spp ou encore du protium copal de la famille des Burséracées.
 
L’arbre qui fournit cette résine était appelé chez les Indiens “Copalquahuitl” d’ou son nom actuel.
 
Les légendes anciennes, d’Amérique Latine principalement, racontent que le Copal Maya serait la Nourriture des Dieux, c’est pourquoi en brûler attirerait leur attention et favoriserait notre progression sur le chemin de la spiritualité.

smoky procession guatemala-L

Chez les Mayas, la résine de Copal était tellement sacrée qu’une fois déposée sur l’autel, on ne pouvait la toucher qu’avec des instruments en bois. Cette tradition très ancienne se perpétue de nos jours dans quelques tribus indiennes.

7106b

Dans ce Livre Sacré des Mayas, on raconte que la Divinité de la Terre tira la résine de Copal de l’Arbre de Vie et l’offrit aux êtres humains. Ce suc de vie fut donc pour les Mayas une Résine Sacrée venue du ciel, incarnant la présence du Divin.

394_03_2

Le Copal Maya, selon leur Livre Sacré, le Popol-Vuh, fut extrait de l’Arbre de Vie par une Divinité Chthonienne (qui est une sorte de titan venant de l’intérieur de la terre) qui offrit aux hommes, comme son propre sang, cette sève rouge qui se coagule à l’air. Pour les Mayas, le Copal était la Résine Céleste ; sa fumée se dirigeant d’elle-même vers le milieu du ciel était l’émanation de l’Esprit Divin.

encens_maya

Une des substances à fumigation les plus importantes de ces civilisations anciennes d’Amérique du Sud était la résine de l’arbre de Copal.
Selon les espèces d’arbres à partir desquelles elle est extraite, cette résine peut être de trois sortes : noire, dorée ou blanche (Copal Negro, Copal Oro, Copal Bianco). Le mélange des trois était appelé Encens des Dieux, terme tout à fait justifié puisque c’est en leur honneur qu’on le faisait brûler, en se tournant vers l’est, vers le soleil levant.
La résine de Copal était associée au soleil chez les Incas et, quatre fois par jour, ils faisaient offrande au Dieu Quetzalcóatl d’encens de Copal, la nourriture des Dieux, disposé dans des bols en or .
 
Le « Vrai » copal, la « Nourriture des Dieux » des Mayas, celui auquel était donné le nom de « Copalcoahuit » d’où descend le terme de Copal.
 
Traditionnellement, le Copal rouge, dont le terme « nourriture des dieux » permet de saisir son importance au sein des anciennes cultures d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud, est employé dans le cadre des cérémonies religieuses d’adoration, mais aussi comme encens de base dans les initiations.
Ses propriétés purificatrices et clarifiantes de l’esprit ont contribué à en faire un encens favorisant la réception des messages divins, notamment à vocation divinatoire.
Aujourd’hui, cette dernière propriété est moins usitée, et il est désormais surtout utilisé pour les désenvoutements et exorcismes, ainsi que les contacts avec les autres plans, à la manière dont le fait l’oliban.
 
L’encens sacré des Aztèques contenait du Copal, du miel et du tabac (dans des proportions que nous ne connaissons pas).
N'oubliez pas que les Bamaya et les Bakongo formaient un seul peuple dans les temps très reculé car le Fleuve Muanza est un affluent du Fleuve de l'Amazonie...Ingeta ! Ibobo, Ibobo !
 
La fumée qui se dégage sert à nettoyer l’atmosphère de toute influence négative et apporte la protection.
 
Ses propriétés subtiles sont inégalées, ce qui explique sa rareté :
 
- Activation de la glande pinéale : La vision du “Troisième Oeil” est activée en même temps que la perception des règnes subtils.
- Relaxation dans des états d’harmonie et de paix profonde.
- Lutte efficacement contre la dépression et l’anxiété.
Mélangé à part égale avec de l’Oliban, le Copal favorise les méditations mystiques.
Celles et ceux qui connaissent la formation des “Voyants Mayas Antiques ” dès les premières semaines connaissent la fonction du Copal apposé sur le Troisième Oeil…
 
Le Copal un élément sacré dans la pensée des natifs, approprié pour des offrandes, pour purifier, et pour favoriser un dialogue de l’être humain avec le domaine divin.
En vérité, Ntumua Mase est lié aux Bamaya et aux Bakongo !
 
Chaque encens possède ses propres vertus....Certains sont utilisés pour purifier le corps, la maison, les lieux, chasser les mauvais esprits, etc....D'autres sont utilisés pour rentrer en contact avec les Esprits de la nature....Etudiant dans le passé les textes sacrés d'Ekipata, de l'Egypte, j'ai toujours utilisé l'OLIBAN qui était brulé pour le dieu AMON donc AMAKONGO, OMAKONGO, AKONGO....Ingeta ! Ibobo, Ibobo !
 
Les Divinités OSIRIS, ISIS, HORUS étaient associés au Seigneur de l'OLIBAN (le Dieu AMON) !
 
L'OLIBAN un encens frais pour le nez du Dieu AMON (OMAKONGO) !
 
Un texte sacré d'EKIPATA (Egypte) dit ceci : "... Alors on respire l'OLIBAN que porte ta luière sans cesse en paix " (Hymne au Dieu AMON) !
 
Le Copal était utilisé dans Egypte antique; les anneaux royaux de Toutankhamon étaient ornés de scarabées en Copal.
 
L'OLIBAN augmente vos vibrations, vous rend divin a dit Ntumua Mase.
 
Le CAMPHRE et MYRRHE purifie les lieux.
 
Le COPAL est utilisé pour les Invocations et Prières.
 
Le STORAX pour rentrer en contact avec des forces de la nature...Fermons cette parenthèse !
 
J'ai ainsi purifié ma maison de fonds en comble...Mon sommeil a été agréable.... Très souvent ma femme est agacé par mes ronflements mais là elle a dormi comme un bébé....Vraiment l'Oliban marié à ces autres résines purifie les lieux et élève notre vibration....Pour preuve dans une des pièces je ressens encore l'effet de ces encens (NGISUDI)...Ingeta ! Ibobo, Ibobo !
 
C'est une vaste science mystique car ce sont des éléments de la nature qui sont utilisé pour purifier, diviniser, protéger les hommes...Bu ntele !
 
Ntumua Mase
Récolte du Copal par les Aka (Pygmées en Afrique Centrale) :


Cérémonie des Prêtres Maya en Amérique Centrale :