NE MAVUEMBA NKOSI

MFUMU MUANDA NSEMI NLONGI'A KONGO EST LAVE DE TOUTES LES ACCUSATIONS PORTEES CONTRE LUI PAR L'ETAT CONGOLAIS ACTUEL... INGETA ! IBOBO, IBOBO !

OH MUELA KONGO, MUELA KONGO, MUELA KONGO : FUNDA YE FUNDA DIA MATONDO, BIKA LUA SIKUA BENO BAKULU KADI BUABU MAMO MA MANISI YE NTUMUA VAYIKI MVIMBA KU BOLOKO MPE WENA BUABU KIMPUANZA. BAKONGO BABO TU BINDAMENE KUENDA BOMBA NTIMA WA MFUMU MUANDA NSEMI NSEMI KU VINGA KIANI MU KIKODI KI KA MENE KU TU FUTILA.

NOUS SALUONS DONC LE TRAVAIL DE MAITRE FULA MATINGU ET LES ONG DES DROITS DE L'HOMME QUI ONT FAIT PRESSION POUR LA LIBERATION DE MFUMU MUANDA NSEMI !

SACHEZ CETTE VERITE : DEPUIS L'ARRESTATION DE MFUMU MUANDA NSEMI A MINUIT, NA MFUENGE SITA NSONI ZENO JOSEPH A FERME SES TELEPHONES ET NE REPOND PLUS AUX APPELS TELEPHONIQUES.

C'EST UN VAILLANT KESA MU NZILA KONGO QUI A SIGNALE QUE NA MFUENGE SITA NSONI ZENO JOSEPH AVAIT FERME SES TELEPHONES... NTUMUA MASE SALUE DU FEU DU COEUR CE VAILLANT KESA MU NZILA KONGO !

VOILA MONSIEUR LE RENARD (NA MFUENGE), SITA NSONI ZENO JOSEPH SE CACHE....LUI QUI SE GLORIFIAIT SOUS LE TERME : NKOSI A NKENTO !

ALLEZ Y COMPRENDRE !

NOUS DEMANDONS DONC A TOUS LES ADEPTES DE BDK DE DEGAGER NA MFUENGE SITA NSONI ZENO JOSEPH CAR LE VOLEUR A ETE ATTRAPE AVEC L'OBJET QU'IL AVAIT VOLE !

FAITS CONCERNANT L'ARRESTATION ARBITRAIRE DE MFUMU MUANDA NSEMI :

Arrêté par la police le 9 mai 2019 vers une heure du matin et reconduit à la prison de Makala, Ne Muanda Nsemi vient de quitter ce complexe carcéral.

Un peu plus tôt dans la journée, l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ) avait proposé cette formule :

« Comme NE MUANDA NSEMI a été réincarcéré, le Procureur Général près la Cour de Cassation, devra abandonner les poursuites ouvertes à sa charge pour outrage envers l’ancien Président de la République Joseph KANAMBE et d’évasion; et ordonner ainsi sa relaxation, pour donner effet aux mesures de décrispation politique prévues par l’accord de la Saint sylvestre », avait déclaré Me Georges Kapiamba, Président de l’ACAJ.

Le leader du mouvement politico-religieux Bundu dia Mayala avait été arrêté le 3 mars 2017, placé en détention à la prison de Makala alors que la Cour Suprême de Justice l’avait ordonné en résidence surveillée, rappelle l’ACAJ. Le 17 mai 2017, il avait quitté la prison dans des circonstances non encore élucidées jusqu’à sa réapparition au bureau du Conseil National de Suivi de l’Accord de la Saint Sylvestre (CNSA) le 06 mai 2019.

L’ACAJ demande que la justice ouvre un dossier sur l’exécution sommaire dans ses deux résidences de Kinshasa d’au moins neuf membres de son parti en mars 2017. « Leurs corps ont été emportés par la police, privant ainsi les membres de familles d’organiser leurs sépultures conformément à leurs coutumes.". Fin de citation !

Ntumua Mase

Chargé des Bulletins d'Information de BDK et BDM