16830641_1808054032853892_3426562453446716863_n

260px-PhiloThevet

1. Philon d'Alexandrie (Philosophe juif hellénisé, né vers l'an -20 et mort en 45 de notre ère à Alexandrie en Égypte devenue une colonie romaine). Il tenta de réinterpréter le Judaïsme dans le courant de la philosophie grecque des Stoïciens, des Platoniciens et des Néo-pythagoriciens et servit d'exemple pour de nombreuses communautés juives du bassin méditerranéen qui adoptèrent l'appellation grecque Christos (signifiant simplement l' "Oint", ou "Celui qui a reçu l'onction") pour désigner les Dignitaires de ces communautés de cultes juives.

L'onction consistait à verser publiquement de l'huile d'olive sur la tête de la personne désignée pour conduire une communauté et était (et le demeure d'ailleurs secrètement) une Pratique rituelle et cultuelle grecque dans les Communautés de culte des grandes Divinités grecques! On peut comprendre donc que l'origine et la signification du mot Christ n'a rien à voir avec les mots "illuminé" ou "messie", mais renvoie simplement à une Fonction (celle d'un Dirigeant d'une communauté de culte)! Il s'agissait donc d'un simple Titre de Révérence (comme on dirait Tɔgbui ou Midao chez les Peuples du Golfe de Bénin) attribué à tout personnage assumant cette Fonction, et non à un seul individu supposé né à Bethlehem !

augustus

2. César Auguste (Empereur romain, né en -64 et mort en l'an 14 de notre ère). Contemporain du vrai Yeshua historique, il fait la conquête des côtes africaines de la Méditerranée (Égypte, Libye, Algérie, Tunisie) qui deviennent des provinces de l'empire romain et y encouragea l'implantation des migrants juifs et grecs.

téléchargement

3. Paul de Tarse (Juif de la caste des Pharisiens, né vers -10 à Tarse et mort en 60 à Rome). Prêtre juif (Pharisien) très fanatique, fondamentaliste et contemporain du vrai Yeshua, il participait à l'assassinat systématique des membres des autres sectes juives (dont les Juifs hellénisés comme Stephan et les membres de la secte des Esséniens à laquelle appartenait le vrai Yeshua historique), au nom des lois juives, au nom des coutumes juives et au nom des intérêts juifs incarnées par le tribunal coutumier juif appelé Sanhédrin.

Activement traqué plus tard par les ayant-droits de ses victimes et pris de remords pour ses crimes odieux, il se met hypocritement sous la protection du violent colonisateur romain qui va l'utiliser habilement pour tenter de soumettre les
différentes communautés juives concurrentes qui se battaient contre l'autorité du colonisateur romain et pour tenter d'étouffer les nombreuses communautés pratiquant de façon chaotique les cultes des mystères qui prenaient de plus en plus d'influence sociale dans l'Empire romain.

C'est ainsi qu'il déclare fallacieusement que le personnage du Yeshua historique serait le " משיח " (le mashia'h) c'est-à-dire le "messie" auquel les Juifs s'attendaient depuis longtemps selon leurs croyances prophétiques et que le Yeshua qui fut son contemporain assassiné à travers le complot de leur caste de Pharisiens mérite donc à titre posthume le Titre de Révérence "Christos" (c'est-à-dire un Dignitaire de culte ayant publiquement reçu l'onction, comme le veut la coutume et tradition des peuples hellénisés et hébraïques). Il bénéficie alors de l'appui solide du colonisateur romain pour imposer cette construction idéologique avec la violence du verbe et des armes couplée avec la pratique habituelle des intrigues et de la corruption propre à la caste des Pharisiens. De nombreux Pharisiens et de nombreux Juifs hellénisés lui vouent alors une haine tenace pour ce retournement de veste et pour cette imposture grossière, car le Yeshua n'avait jamais reçu publiquement de son vivant l'onction comme le voulait les traditions juives et grecques afin de conduire une communauté de culte.

flavius-josc3a8phe

4. Flavius Josèphe (Écrivain juif romanisé, né vers 37 à Jérusalem et mort vers 100 de notre ère). Capturé par les militaires romains sous la conduite de l'Officier Vespasien durant les guerres des juifs contre leurs oppresseurs romains, il était l'un des rares rescapés durant les batailles en Galilée en 67 de notre ère. Il rédigea des ouvrages d'Histoire générale des Juifs et évoqua brièvement à titre posthume l'activisme antiromain de Yeshua qu'il désignait comme l'un des Dignitaires de Communauté de culte (c'est-à-dire un "Chrestos" en Grec ancien) dans la région de la Galilée.

CLEMENT DE ROME

5. Clément de Rome (Juif hellénisé né vers 50 à Rome et mort vers 101 en Crimée). 

Formé en Philosophie, il use de ses relations avec des membres des familles impériales romaines pour se faire nommer comme évêque selon la tradition romaine à la tête de la communauté des juifs hellénisés vivant à Rome. Cette communauté des juifs hellénisés à l'instar des autres sectes judaïques menaient un double combat: se soustraire de l'autorité de la caste des grands-prêtres juifs (les Pharisiens et les Sadducéens) d'une part, et se battre secrètement contre l'oppression coloniale romaine à travers l'activisme sous le couvert philosophico-religieux d'autre part. Ce double combat a placé Clément de Rome
dans une position de supervision par rapport aux autres communautés juives au sein de leur diaspora dans le bassin méditerranéen, comme le prouve son fameux "Épître de Clément de Rome aux Corinthiens". Cela fait de Rome l'épicentre de la nouvelle doctrine religieuse, quoique le personnage central (Yeshua) soit plutôt un Juif (et non un Romain!) n'ayant jamais vécu à Rome, mais plutôt en Palestine !

6.  Julien le Chaldéen (Mage grec d'origine babylonienne). Il s'appuie sur la Magie et sur la Nécromancie pour rédiger en 170 de notre ère son ouvrage intitulé Oracles chaldéens devenu l'ouvrage fondateur de la "Théurgie" ("Magie divine") dans les enseignements théologiques et philosophiques à Alexandrie (Égypte) et à Athènes (Grèce) qui seront repris plus tard par les divers auteurs des textes bibliques dits du "Nouveau Testament".

clement_alexandrie_45_01

7. Clément d'Alexandrie (né vers 150 à Athènes et mort à 215 en Anatolie). Lettré grec venu s'installer à Alexandrie en Égypte, il est celui qui tente de voir des traits communs entre les prophètes du Judaïsme et les philosophes grecs et voulait ainsi faire émerger un nouveau courant philosophique englobant le Hellénisme (Philosophie et religion grecques) et le Judaïsme. C'est donc lui qui s'est appuyé sur le souvenir vague perpétué autour de la personne du Yeshua historique au sein de certaines communautés juives de l'époque grâce au zèle antérieur de ses prédécesseurs comme Paul de Tarse et Flavius
Josèphe pour transformer le simple Titre de Révérence "Christos" en une sorte de "mystère"! Il est donc celui qui systématisa la doctrine du christianisme qui était en réalité un simple courant subversif de spéculations pseudo-philosophiques au sein des Communautés juives hellénisées, visant à faire simplement le contre-poids visà- vis de l'Autorité des Pharisiens et des Sadducéens (Castes hébraïques des Grands-Prêtres), mais aussi vis-à-vis du colonisateur romain en se montrant comme "juif civilisé" à travers le contact avec la Philosophie grecque !

260px-Origen

8. Origène (né en 185 à Alexandrie et mort en 253). Il entra en l'an 202 à l'école théologique (cathéchétique) d'Alexandrie. Il tenta de perpétuer en vain les enseignements de la Gnose que son prédécesseur Clément d'Alexandrie a initialement introduit en parlant de la nécessité de connaissance de soi pour chaque individu. Il n'a pas pourtant eu le courage de recommander la voie initiatique des Gnostiques et des Adeptes des cultes de mystères autour des grandes Divinités grecques et romaines.

Celse

9. Celse (Philosophe romain du 2e siècle de notre ère). Un des rares Penseurs romains à avoir souligné de façon rationnelle et méthodique à travers son ouvrage publié en l'an 178 de notre ère et intitulé Discours véritable que l'idée de "Dieu unique" attachée à Yahve par les Juifs était une usurpation et que la fable qu'on répandait sur la grossesse "mystérieuse" de la mère de Yeshua (historique) était une imposture évidente pour cacher la vie sexuelle peu vertueuse de sa génitrice.

diocletien

10. Empereur Dioclétien (Empereur romain né en 244 et mort en 311 de notre ère). Il décréta la persécution des Juifs et des sujets romains qui se cachaient fallacieusement derrière les enseignements la nouvelle doctrine "christologique" pour s'opposer à l'Autorité politique romaine et aux Codes de conduite prescrits par les cultes des grandes Divinités originales fondatrices de l'Empire romain, créant ainsi du chaos et du désordre dans tout l'empire. La prétendue persécution des "premiers chrétiens" dans l'Empire Romain au troisième siècle de notre ère ne concernait donc pas seulement ces derniers, mais tous les groupuscules fanatiques qui se cachaient derrière les doctrines religieuses confuses inspirées des traditions hébraïques et des spéculations philosophiques grecques pour embrouiller mentalement les citoyens et s'opposer à l'Autorité de l'État à travers le rejet des cultes traditionnels dédiés à certaines grandes Divinités participant au
fondement même de l'Empire Romain telles que Janus, Minerve, Sol Invictus, Mars, Mercure, Vénus, Cérès, Bacchus, Vesta, Neptune.

280px-Head_Constantine_Musei_Capitolini_MC1072

11. Empereur Constantin (Empereur romain successeur de Dioclétien, né le 27 Février 272 et mort le 22 Mai 337). Il mit fin aux persécutions contre les suiveurs des diverses doctrines religieuses hétéroclites, décrète officiellement la liberté de culte pour tous et se convertit lui-même par calcul politique à la doctrine "christologique" montante. Dans le souci de reconstruire son Empire affaibli et de consolider son influence face aux ennemis voisins de l'Empire (les Perses, les Goths et les Alamans entre autres) il  s'appuie habilement sur les réseaux existant de cette doctrine "christologique" montante pour avoir le soutien politique du petit peuple dans tout le Bassin méditerranéen jusqu'aux confins de l'empire des Perses. Les leaders d'opinion de cette doctrine idéologique officiant en qualité d'Évêque dans les différentes régions de l'Empire vont se réunir en Concile dans la ville de Nicée du 20 Mai au 25 Juillet 325 sur son initiative pour proclamer la doctrine "christologique" comme étant la religion populaire d'État !

eusebe_cesaree_03

12. Eusèbe de Césarée (Écrivain juif hellénisé, né en 265 et mort en 339). Nommé comme Évêque par les Romains en Palestine pour services rendus au futur Empereur romain Constantin Premier. Il est celui qui inventa la prétendue théologie du "Subordinatianisme" qui décréta ex-cathedra que tout le monde doit considérer Jésus comme "Fils unique" créé par Dieu. Il est par ailleurs celui qui imposa la prière "Notre Père qui est aux cieux" lors du Concile de Nicée en 325 en l'attribuant à Yeshua à titre posthume !

Toutes ces informations sont disponibles aujourd'hui dans le domaine public à travers des sources telles que les Archives électroniques en ligne, les Encyclopédies en ligne etc.

Comme on peut le constater, la doctrine chrétienne est une fusion hétéroclite de la Pensée hébraïque (juive), de la Pensée hellène (grecque) et de la Pensée romaine (latine).

La nature très hétéroclite et confuse de cette doctrine s'est signalée très tôt à travers les vives querelles internes et meurtrières au sujet de la signification doctrinale attachée à titre posthume au personnage central retenu par Paul de Tarse pour forger de toutes pièces sa doctrine religieuse.

En effet, le personnage artificiellement et fallacieusement fabriqué par Paul de Tarse à partir du Yeshua historique pour devenir un "χριστός" ( un "Christos") et devenir finalement "LE CHRIS" est tantôt présenté comme "le Dieu Créateur éternel et universel incarné en tant que "Oint sacro-saint" au milieu des Humains" (la fameuse doctrine chrétienne du Monophysisme), ou est tantôt présenté comme "un Être humain spécial en chair et en os dont l'âme a reçu l' "Onction
divine" (sic!) avant même sa naissance" (la fameuse doctrine chrétienne du Diophysisme).

Cette querelle doctrinale entre Monophysisme et Diophysisme a été à l'origine des premiers massacres très sanglants entre différents groupuscules "chrétiens" ultra-fanatiques, bigots et ultrabornés qui se réclamaient pourtant tous de la doctrine confuse forgée par Paul de Tarse.

JOMO KENYATTA

La Sagesse Kongo dit ceci aux Initiés du Bukongo :

- Kutu di wufiona dia Zengi ; ye vo, nkutu Zoba, mfuanda yimosi.

- On ne peut manipuler que celui qui est un imbécile ; et que même un idiot, on ne le trompe jamais éternellement.

Et aussi ceci :

- Wungimina mfundi, kansi kungimini mazayu ko. Kadi buzoba dia budianga mazoba ye mavanga mawu.

- Refuse-moi à manger mais ne me refuse pas la connaissance. Car l’ignorance tue les ignorants et leurs œuvres.

Note : Le texte original est l'oeuvre de Mbuta Koffi Folikpo a dit Ntumua Mase sous le titre :  

"Les Nègres comprennent-ils véritablement les religions dites abrahamiques et peuvent-ils y trouver leur salut individuel et collectif ?"

Voir le lien ci-dessous :

https://www.academia.edu/31453584/Du_mythe_sur_le_Peuple_%C3%A9lu_de_Dieu_au_mythe_sur_la_Tribu_perdue_dIsra%C3%ABl_en_Afrique_Contribution_%C3%A0_la_Renaissance_de_la_conscience_collective_et_spirituelle_Kamite?fbclid=IwAR2eoHOgs4x0epyiH8ALdMBwxbmScEW9W6R9ZX5AuyfnHnoQE-oPLgRG_tk