2ea5629b1759acead2b96700470479d5

 

Les Egyptologues prétendent avoir déchiffrer les HIEROGLYPHES sous la base des travaux de CHAMPOLLION DIT LE JEUNE !

Reprenons donc brièvement l'historique de la "découverte" de CHAMPOLLION avec le processus qui l'amena à créer de toutes pièces son ALPHABET DES LETTRES PHONETIQUES HIEROGLYPHIQUES.

Pierre_de_Rosette--1-

 

La PIERRE DE ROSETTE trouvée par les soldats de Bonaparte, était écrite en trois langues : en grec, en démotique ou langue populaire égyptienne antique, et en hiéroglyphe, le langage sacré des Prêtres Pharaoniques;

Dans la partie grecque, le nom de Ptolémée était répété à trois reprises, dans la partie hiéroglyphique, trois ensembles idéograhiques étaient enfermés dans une ovale, ce qui donna l'idée à Champollion de croire que le contenu de ces "cartouches" signifait : PTOLEMEE !

Consultant des centaines de copies de documents représentant des cartouches, le savant Champollion tomba sur ceux de Cléopâtre, provenant d'un obélisque bilingue de Philae. 

Or, le P, le T, le O et le L de PTOLEMEE étaient semblables à ceux contenus dans le nom de CLEOPATRE. Partant de cette similitude, Champollion composa un alphabet. Ici se situe l'erreur, car il ne s'agit que d'une phonétisation approximative qui n'a rien à voir avec l'écriture elle-même !

Par exemple quand les chrétiens décidairent de traduire la BIBLE en langue japonaise, les traducteurs ont usés d'une astuce malicieuse !

Pour traduire donc le prénom de MARIA(Marie mère de Jésus) en langue japonaise, une grande difficulté s'était posée.

En effet, aucune concordance dans la phonétique japonaise pour le son R n'existe pas car cette lettre n'est pas présente dans les graphies japonaises !

Il fallut donc utiliser un subterfuge linguistique, pour obtenir MARIA.

Trois caractères japonais s'approchaient du mot MARIA donnant ainsi MA-LI- YA

Mais en langue japonaise le son MA veut dire JASPE.....Le son LI veur dire BENEFICE et le son YA veut dire DEUXIEME !

Donc MALIYA voudrait dire LE DEUXIEME JASPE BENEFICE ....Aucun rapport avec MARIA, MARIE.

Ainsi les TROIS HIEROGLYPHES EN JAPONAIS accolés les uns des autres ne signifient rien et non le mot MARIA !

C'est pourquoi une traduction hiéroglyphique fondée uniquement sur l'alphabet issu des principes émis par Champollion en partant des sons de remplacements utilisés dans les cartouches royaux et impériaux greco-romains ne peut vouloir dire quelque chose de sensé, surtout ayant été conçu par des Prêtres Solaires Egyptiens de PATA (Ptah) qui ne pouvaient admettre ces envahisseurs Barbares (Mindele). 

Ce serait comme si, de nos jours, nous voudrions écrire en latin des mots à sens inconnu il y a deux milles ans ; pommes de terre frites, électronique ou antenne de télévision ! Seule une imagerie suggestive permettrait de retransmettre au travers de n'importe quelle époque un sens, intraduisible autrement !

Ce travail effectué par Champollion dans l'engouement de ses trente ans, juste avant sa mort prématurée , n'eut certainement pas la conclusion logique qu'il aurait dû avoir. S'il avait vécu ne serait-ce que quelques mois supplémentaires transformée en un travail solide et durable. Car il avait à sa disposition une masse de documents originaux, hélas aujourd'hui disparus, qu'il avait vus lui-même tout au long du Nil

Il est inutile d'épiloguer sur la réelle valeur des travaux de Champollion, puisque sa méthode de relèvement phonétique des noms des empereurs gréco-romains est fausse, émanant d'une conception à priori égale à celle des Japonais qui transcrivaient le Nouveau Testamebt en leur langue, comme ils le purent !

(extrait du livre LA GRAND HYPOTHESE d'Albert Slosman).

Commentaire de Ntumua Mase :

Après avoir lu tous les ouvrages d'Albert Slosman, Ntumua Mase a conclu que les dits égyptologues, Kamites, etc... ne savaient pas lire les HIEROGLYPHES car tous leurs travaux sont basés sur ceux de CHAMPOLLION LE JEUNE !

Ainsi toutes les traductions des HIEROGLYPHES sont approximatives et non véridiques.

Je vous donnerais quelques exemples précises a dit Ntumua Mase !

Les traductions proposées par les égyptologues du PAPYRUS ANI (livre appelé par les Occidents "livre des morts des égyptiens") sont fausses !

Deux éminents traducteurs avaient réalisés une traduction d'un verset du PAPYRUS D'ANI :

- Je suis TOUM, en être unique dans le NOUN ! Je suis RA, à son lever du commencement, qui gouverne ce qu'il a fait (traduction P.Pierret).

- Je suis celui qui n'était pas devenu existant ; le seul venu du NOUN : c'est RA en son apparition du commencement de son gouvernement (traduction E. Amélimeau).

Ces traductions ont aucuns sens et dénaturent le pensée des Grands Prêtres d'EKIPATA (non HET KA PTAH) !

Ntumua Mase préfère la traduction d'Alber Slosman qui dit ceci :

- Je suis le Très Haut, le Premier, le Créateur du Ciel et de la Terre, JE SUIS LE MODELEUR DES ENVELOPPES CHARNELLES. (version du LIVRE DE L'AU-DELA DE LA VIE d'Albert Slosman)....Ce livre est très très très rare a dit Ntumua Mase !

La Sagesse Kongo dit ceci :

- Buzoba dia budianga bizoba ye bisalu biawu.

- L'ignorance tue les ignorants et leurs oeuvres.

Ntumua Mase

Ne Mafunda Nkanu