Jean-Francois_Champollion_2

NOTE SUR L'AUTODAFE D'UN LIVRE DE CHAMPOLLION 

Dans l'Autodafé d'une jeunesse studieuse figure cette triste page peu connue.

Champollion publia, dès 1812, à Grenoble, un petit in-folio devenu d'autant plus rare que son auteur le retira rapidemenent de la circulation, afin de brûler tous les exemplaires possibles !

Il s'intitulait "De l'écriture des Anciens Egyptiens".

Ce petit chef-d'oeuvre disparut des étals des librairies quelques mois seulement après son édition, sous le prétexte "qu'il pourrait blesser les personnes pieuses" !

Cet argument provenait du fait que Champollion faisait remonter les Dynasties Pharaoniques à l'an 5285 avant Jésus-Christ, c'est à dire avant la naissance présumée d'Adam.

Car en 1815, la SAINTE EGLISE faisait remonter la naissance d'Adam à 5000 ans seulement avant Jésus-Christ et l'apparition de la Terre un millénaire auparavant !

Ce qui, sous peine d'être excommunié et réduit à la famine, l'obligea à brûler cet écrit et à faire acte de contrition !

Dès qu'il n'y eut plus trace apparente de cette "faute de jeunesse somme toute pardonnable", tout rentra dans le giron liturgique de la SAINTE EGLISE !

Voici la lettre qu'écrivait Champollion en 1827 sur l'accord de ses découvertes avec la Bible :

Paris, le 23 mai 1827, A Monseigneur Teta, au palais de Monte Cavallo.

Monseigneur,

C'est depuis peu de jours qu'on m'a remis la lettre tout aimable que vous avez bien voulu m'écrire au commencement de cette année : comme les enfants d'Israel, elle a erré plus de quatre mois, de bureau en bureau , et m'est enfin arrivée à ma grande satisfaction. 

Je m'estime beaucoup que vous me conserviez les sentiments d'affection dont il vous a plu de me donner de si obligeants témoignages pendant mon séjour à Rome. Et j'y tiens d'autant plus que vous trouverez toujours en moi l'attachement le plus respectueux et le plus dévoué. Je vous remercie de l'intérêt que vous portez à mes études : elles marchent et se consolident;

J'aurai l'honneur de vous adressez sous peu de jours une brochure contenant le résumé de mes découvertes historiques et chronologiques. C'est l'indication sommaire des dates certaines que portent tous les monuments existant en Egypte et sur lesquels doit désormais se fonder la véritable chronologie égyptienne.

MM. de San Quintino et Lanci trouveront là une réponse péremptoire à leurs calomnies, pusqiue j'y démontre qu'aucun monument égyptien n'est réellement antérieur à l'an 2200 avant notre ère. C'est certainement une très haute antiquité, mais elle n'offre rien de contraire aux TRADITIONS SACREES, et j'ose dire même qu'elle les confirme sur tous les points ; c'est en effet, en adoptant la chronologie et la succession des rois données par les monuments égyptiens que l'histoire égyptienne concordre admirablement avec les LIVRES SAINTS.

Ainsi, par exemple : Abraham arriva en Egypte vers 1900, c'est à dire sous les Rois Pasteurs. Des rois de race égyptienne (noire) n'auraient point permis à un étranger d'entrer dans leur pays. C'est également sous un roi pasteur que Joseph est ministre en Egypte et y établit ses frères, ce qui n'eut pu avoir lieu sous des rois de race égyptienne (noire). Le chef de la dynastie des Diospolitains, dite la XVIIIe, c'est le Rex no vus qui ignorabat Joseph de l'Ecriture Sainte, lequel étant de race égyptienne ne devait point connaitre Joseph, ministre des rois usurpateurs ; c'est celui qui réduit les Hébreux en esclavage. La captivité dura autant que la XVIIIe dynastie, et ce fut sous Ramses V ou Amenophis, au commencement du XVe siècle, que Moyse délivra les Hébreux. Ceci, se passait sous l'adolescence de Sésostris, qui succéda immédiatement à son père et fit ses conquêtes en Asie pendant que Moyse et Israel erraient pendant quarante ans dans le désert.

C'est pour cela que les LIVRES SAINTS ne doivent point parler de ce grand conquérant. Tous les autres rois d'Egypte nommés dans la BIBLE se retrouvent sur les monuments égyptiens, dans le même ordre de succession et aux époques précis où les LIVRES SAINTS les placent. J'ajouterais même que la BIBLE en écrit mieux les véritables noms que ne l'ont fait les historiens grecs. 

Je serais curieux de savoir ce qu'auront à répondre ceux qui ont malicieusement avancé que les études égyptiennes tendent à altérer la croyance dans les documents historiques fournis par les LIVRES DE MOYSE.

L'application de ma découverte vient au contraire inviciblement à leur appui. 

Veillez agréer, Monseigneur, la nouvelle assurance de mon tendre et respecteux attachement.

J.F CHAMPOLLION  (extrait du livre intitulé LA GRANDE HYPOTHESE d' Albert Slosman page 239 à 240).

DEVOIR BRULER UN TRAVAIL QUE L'ON SAIT EXACT POUR FAIRE PLAISIR A CETTE EGLISE COLONIALE CHRETIENNE MADE OCCIDENT !

Commentaire de Ntumua Mase :

Nous voyons comment que l'EGLISE COLONIALE CHRETIENNE CATHOLIQUE DE ROME a fait pression sur les travaux de Champollion le Jeune afin que les dates des monuments égyptiens puissent concorder avec celles de l'EGLISE.

Tiens donc ADAM serait née en l'an 5000 alors que les monuments égyptiens de la vallée du Nil sont antérieurs à cette date. Que dirait donc cette Eglise de l'OS D'ISHANGO qui est la plus vieille table de multiplication trouvé au KONGO et datant de plus de 20 000 ANS. 

OS ISHANGO

Les os d'Ishango, également appelés bâtons d'Ishango, sont des artéfacts archéologiques découverts au Congo et datés de peut-être 20 000 ans. Selon certains auteurs, il pourrait s'agir de la plus ancienne attestation de la pratique de l'arithmétique dans l'histoire de l'humanité.

Nous apprenons que Champollion le Jeune connaissait la RACE DES EGYPTIENS.... Je vous laisse donc lire les travaux de CHEIKH ANTA DIOP qui de façon scientifique à démontrer que les EGYPTIENS ETAIENT DE RACE NEGRE !

Cheikh Anta Diop

Quand Ntumua Mase regarde avec tristesse ces Nègres lisant la BIBLE COLONIALE CHRETIENNE MADE OCCIDENT délaissant la CULTURE AFRICAINE ANCESTRALE, il est rempli de tristesse ! 

La Sagesse Kongo dit ceci :

- Kutu di wufiona dia Zengi ; ye vo, nkutu Zoba, mfuanda yimosi.

- On ne peut manipuler que celui qui est un imbécile ; et que même
un idiot, on ne le trompe jamais éternellement.

Ntumua Mase

Ne Mafunda Nkanu