MATERIELS D'EVANGELISATION DES MISSIONNAIRES

Au 15ème siècle, les Blancs avaient quitté l’Europe et s’étaient dispersés à travers toute la planète terre, à la recherche des richesses, et pour ravir les terres à d’autres peuples du monde. Pour atteindre leurs objectifs, les Blancs avaient utilisé deux instruments : la Bible« Biblia dia Bayuda », livre sacrée des Juifs et les armes à feu « Nkele mia tiya ».

Ils avaient utilisé la Bible pour rendre les gens dociles, les endormir afin qu’ils oublient leurs ancêtres, pour détruire leur culture et la religion de leurs ancêtres. Les Blancs se sont servis des armes à feu pour tuer ceux qui avaient une conscience éveillée, qui s’entêtaient à lutter pour défendre leur pays ; plus encore, pour semer le désordre dans ces pays, pour provoquer les guerres destinées à empêcher leur développement.

Dans d’autres pays, les Chrétiens blancs avaient amené des nouvelles maladies pour susciter la mort d’un plus grand nombre d’autochtones et ils investissaient également dans l’achat des âmes des noirs parce que si les gens ne mouraient pas précipitamment en grand nombre, il était difficile pour eux d’avoir des âmes à acheter. Aujourd’hui, il y a trop des problèmes dans notre pays à cause de ces églises qui sont venues acheter des âmes et qui travaillent en complicité avec ceux qui avaient laissé leurs propres pays pour chercher à arracher les terres d’autres peuples.

48916495

En 1482, les Portugais étaient arrivés à Kongo Diakati, à Mpinda, Soyo. Le Chef de cette délégation Portugaise, Diego Cao envoya en mission d’espionnage à Mbanza Kongo trois (3) Blancs, le Père Antonio Sepulvera, Père Antonio da Porto et le Père Jean da Kosta afin de convaincre la population et les Chefs Bakongo de se convertir au christianisme. Ces Blancs Catholiques avaient persuadé le Roi Nzinga Nkuwu pour qu’il se convertisse en Catholique et pour influencer à son tour tout le peuple Kongo à suivre son exemple.

Le Chef de la contrée de Soyo fut baptisé, le Roi Nzinga Nkuwu le fut à son tour en date du 03/05/1491. Après la conversion et le baptême du Roi Nzinga Nkuwu, un grand nombre des Bakongo avait suivi cet exemple, avait goutté au sel de l’esclavage de l’âme en se faisant baptiser, en se convertissant en Catholique.

Voici ce que les Prêtres Catholiques avaient demandé à tout le peuple Kongo converti en Catholique :

1. Changer leurs noms d’origine Kongo en ceux d’origines Européennes;
2. Jeter leurs statues et les remplacer par celles d’origine Européenne c’est-à-dire celles de Jésus, de Sainte Marie, et tant d’autres ancêtres blancs ;
3. Oublier les ancêtres Kongo pour ne prier et/ou n’adorer que ceux des blancs qu’on appelle des Saints ;
4. Ne plus parler la langue Kikongo et n’utiliser que le portugais comme ainsi que d’autres langues étrangères ;
5. Oublier son histoire « passé », se détourner de sa culture authentique « Africaine » qualifiée de diabolique, oublier sa religion ancestrale tout en ne magnifiant « glorifiant, louant » que l’histoire et/ou la culture étrangère ;

LES BAKONGO ADOPTENT LE CHRISTIANISME COLONIAL

Face à ces enseignements, le peuple Kongo s’était divisé en deux camps : d’un côté ceux qui avaient accepté ces enseignements des Catholiques et de l’autre, ceux qui les avaient rejeté.

Chez ceux qui les avaient acceptés, le plus influent était Ne Mvemba Nzinga, fils du Roi Nzinga Nkuwu. Dans le camp des partisans du recours à l’authenticité culturelle c’est-à-dire ceux qui avaient rejeté et refusé l’esclavagisme des Catholiques, l’homme le plus influent était Mpanzu’a Nzinga, aussi appelé Mpanzu’a Lumbu, un autre fils du Roi Nzinga Nkuwu.

CONVERSION DES BANA BA KONGO AU CHRISTIANISME EUROPEEN COLONIAL

Au peuple Kongo réuni à Mbanza Kongo et qui refusait de croire en lui, Ne Mpanzu’a Nzinga avait dit :

• Si vous souhaitez qu’on vous apprenne quoi que ce soit, disposez d’un minimum d’intelligence qui va vous permettre de distinguer le bien et le mal ;
• Lorsque vous vous rendez dans un pays étranger, respectez les Lois que vous y rencontrerez mais n’y imposez pas les vôtres ;
• Prie tes ancêtres mais pas ceux des étrangers. A chacun sa ruse ou sa sagesse.

Donc, nous avons un devoir de sonder ces étrangers et de ne retenir d’eux que ce qui nous permettra de développer notre pays « le Kongo ». Tout le reste est sans utilité pour nous.

Que devons-nous alors accepter et retenir de ces blancs qui sont venus dans notre pays ?

Nous allons retenir d’eux que leur sagesse « ruse, intelligence » pour fabriquer les bateaux, les armes à feu et tous les instruments « objets » susceptibles de développer notre pays mais nous
ne pouvons jamais oublier notre religion, Kongo, nos ancêtres, notre langue et notre culture.

Dans toutes les régions de l’Union Fédérale du Kongo où était introduit le Christianisme amené par les prêtres blancs, des grandes discussions éclatèrent entre les partisans Kongo de Ne Mvemba Nzinga et ceux de Ne Mpanzu’a Nzinga.

Après la mort du Roi Nzinga Nkuwu  à Mbanza Kongo, le conseil du Royaume avait voté et/ou désigné Ne Mpanzu’a Nzinga comme successeur sur le trône royal mais sous l’influence et sur demande des Prêtres Catholiques, l’armée Portugaise qui avait envahi Mbanza Kongo, assassina ledit nouveau Roi.

LES OEUVRES DES MINDELE

A sa place, on intronisa le sieur « Ne » Mvemba Nzinga, l’homme des Prêtres Catholiques.

Sous le règne du Roi Mvemba Nzinga, l’Union Fédérale du Kongo fut détruite sous l’influence et sur ordre des Prêtres Catholiques : Mille personnes furent baptisées dans diverses régions, plusieurs paroisses « églises » Catholiques furent construites dans toutes ces diverses régions et même à Mbanza Kongo qui changea d’appellation et fut désormais appelé Kongo dia Ngunga, Ngunga qui signifie cloches, à cause de toutes ces cloches qui sonnaient dans plusieurs églises à Mbanza Kongo.

1. Le Roi Mvemba Nzinga avait ordonné le brûlage de toutes les statues d’origine Kongo et leur remplacement par celles d’origine occidentale ;
2. Le Roi Mvemba Nzinga remplaça son nom d’origine Kongo par Alfonso, un nom d’origine occidentale ;
3. Le nom de la capitale Mbanza Kongo fut de nouveau changé en San Salvador, nom d’origine occidentale aussi ;
4. Intoxiqué par les Prêtres blancs, le Roi Mvemba Nzinga modifia plusieurs Lois d’origine Kongo par celles voulues par lesdits Prêtres ;
5. Une nouvelle Loi fut imposée : avant de régner, tout nouveau Roi devait être intronisé par un Prêtre Catholique Blanc, sinon son règne était sans valeur.

Depuis ce moment là, le Royaume Kongo sombra et fut réduit en esclavage par les Prêtres Catholiques blancs qui travaillaient sous les ordres des autorités politiques du Portugal et plus précisément de Lisbonne « Lisboa en Portugais ».

Chaque fois qu’un Mukongo « Citoyen d’origine Kongo » sage et éveillé était désigné pour diriger le Royaume Kongo, les prêtres catholiques blancs refusaient de l’investir ou de l’introniser, les militaires portugais le combattaient avec des armes à feu parce qu’il fallait obligatoirement
être un chrétien catholique non éveillé « un aveugle spirituel » pour être intronisé par eux c’est-à-dire leur serviteur, un avare qui ne pense qu’à lui seul et qui est prêt à trahir et/ou à sacrifier les autres ou les intérêts du royaume pour son propre bonheur.

Bien sûr, c’est la Bible des Juifs et les armes à feu qui furent utilisées pour détruire notre Union Fédérale du Kongo, pour détourner notre peuple de sa culture authentique et pour l’aliéner.

LA BIBLE EST UN FUSIL QUI TUE L'ÂME NOIRE

Note : Ntumua Mase a utilisé la brochure YAYA VITA KIMPA qui existe en version originelle Kikongo et aussi en une version française.... Ingeta ! Ibobo, Ibobo !

LIVRES YAYA VITA KIMPA ET LES SABOTEURS DE L'AUTHENTICITE