118465884

Yenge kieno Makesa mu Nzila Kôngo

La majorité des noirs des Amériques ont été sevré par le lait colonial judéo chrétien depuis leur naissance.

C'est pourquoi que certains noirs continuent à croire au JESUS-CHRIST IMAGINAIRE inventé par l'église coloniale made Occidentale.

Comme tous mes congénaires, moi aussi j'ai été élévé dans une famille chrétienne.

Mais les Dieux Egyptiens avaient un oeil sur moi.... Très jeune voulant comprendre cette "bible", j'ai sondé ces écritures en commençant par l'ancien testament.

A ma grande surprise, le mot EGYPTE apparraisait plus de 700 fois. Tous les évènements principaux du peuple "juive" se sont déroulés en Egypte. Les Abram, les Jacob, les Joseph, les Moise, les Jesus sont tous venus en Egypte soit disant le pays de l'idolatrie, de la magie, des faux dieux.

LA BIBLE EST UN FUSIL QUI TUE L'ÂME NOIRE

Oui, la Bible mentionne plus de 700 fois l'Egypte et ses habitants. C'est sur son sol qu'est né Moïse, le rédacteur des cinq premiers livres de la Bible. 

C'est sur son sol qu'est né Moïse, le rédacteur des cinq premiers livres de la Bible.
 
Les patriarches bibliques ont tous séjournés en Egypte : Abram, Jacob, Joseph, Moise, et même Jésus d'après les récits !
 
Ne connaissant rien sur l'Egypte Antique, j'avais décidé de combler ce vide culturel.
 
Ainsi j'ai appris à lire les Hiéroglyphes afin de mieux comprendre les enseignements cachés des noirs égyptiens.
 
A ma grande surprise, j'ai constaté que de nombreux textes dits bibliques étaient des plagiats d'anciens textes égyptiens dénaturés par les hébreux blancs.
 
Même la religion dite "juive" prenait sa source en Egypte antique !

35342_143906355626209_100000205375036_431868_2958301_n

La civilisation égyptienne prend forme autour de -3150, et ne s'éteindra qu'avec l'invasion de l'Empire romain peu avant -30. A cause de sa grande proximité avec l'Israël antique, il n'est pas surprenant que beaucoup d'idées égyptiennes se retrouvent dans la Bible.
 
En voici quelques exemples :

Dans la tradition égyptienne, le rituel de la circoncision avait lieu à l'âge de treize ans, lors de l'initiation au mariage. Cette pratique était en fait largement répandue dans l’ensemble des pays asiatiques depuis des siècles. Il semble d'ailleurs que les Hyksos, qui seraient les ancêtres des Hébreux, pratiquaient aussi cette coutume.

La Bible reprend donc la tradition égyptienne, et la transforme pour reconnaître un Hébreux dès son plus jeune âge.

- L'ordonnance biblique demande que tout garçon soit circoncis à l'âge de huit jours. - Genèse 17:12
- Ismaël fut toutefois circoncis à l'âge de 13 ans, comme le veut la tradition égyptienne. - Genèse 17:24-27
- Il semble en fait que la circoncision à l'âge de 8 jours n'a pas vraiment été appliquée. - Josué 5:2-7

Il semble probable que le mythe de l'Exode trouve son origine dans l'histoire des Hyksos, qui ont régnés sur la basse égypte durant le XVIIème siècle av. n. è, avant d'en être chassé par la force. Il est reconnu qu'après leur défaite, les Hyksôs se seraient repliés en Palestine. Des siècles plus tard, cet évènement aurait donné lieu au mythe de l'Exode d'Egypte, et à la figure de Moïse combattant Pharaon.

Le mot "Moïse" est semble-t-il d'origine égyptienne, mais ce n'est pas un nom propre. Il s'agit plutôt d'un suffixe, qui se rattachait couramment à un nom de dieu égyptien. Cela voulait dire "m'a donné un enfant".

Par exemple, certains égyptiens se nommaient Ahmoses (Amon m'a donné un enfant), ou Thutmoses (Thot m'a donné un enfant), ou encore Ptahmoses (Ptah m'a donné un enfant). Le nom Moïse est donc bel et bien d'origine égyptienne, mais il a été tronqué pour supprimer toute référence à un dieu égyptien. Cela dit, il est fort probable que le Moïse décrit dans la Bible n'ait en fait jamais existé.

Au Musée du Caire se trouve une stèle attribuée au roi de la XIIe dynastie Amenemhat III (-1817 à -1772). Elle porte l’invocation suivante à Amon : "Il est celui qui fait exister ce qui existera". Nous retrouvons aussi l’invocation "Celui par qui tout existe" plusieurs fois dans Le grand hymne à Amon. De même, le roi d’Egypte Akthoès (Xe dynastie) s’adressa à son fils Merikarê en disant : "Je suis tant que je suis !".

Ces citations sont à rapprocher de l'origine du nom divin dans la Bible.

- "Elohim dit à Moïse : « Ehyéh acher Ehyéh (Je serai qui je serai !) Puis il dit : « Tu parleras ainsi aux fils d’Israël : Ehyéh (Je serai) m’a envoyé vers vous ! » " - Exode 3:14

Le récit de l'exode nous fournit un des plus incroyables miracles de la Bible: l'ouverture des eaux de la mer pour laisser passer les israélites en fuite (Exode 14:21-31). Ce récit incroyable n'est pas le premier en son genre. La troisième histoire du papyrus "Westcar", datant de -2500 environ, cite une histoire semblable.

Une jeune fille laisse malencontreusement tomber une amulette très précieuse dans les eaux d'un lac. A la demande du roi, un magicien sépare les eaux, retrouve le bijou et le rend à sa propriétaire.

En Egypte, le porc était considéré comme un aliment de pauvres, le boeuf étant réservé aux riches. De plus, le porc égyptien (plus proche du sanglier) était l’animal sacré du dieu Seth. Ainsi, il était interdit aux prêtres d'en manger. Comme on le sait, on retrouve cet interdit dans la Bible.

- Le porc, lui, a le sabot fendu mais ne rumine pas; vous le considérerez comme impur. Vous ne mangerez pas de sa viande et vous ne toucherez pas à son cadavre. - Deutéronome 14:8

Akhenaton

Le pharaon Aménophis IV, connu aussi sous le nom d’Akhenaton, régna de -1344 à -1328 env. Son règne a été marqué par une réforme pour le moins iconoclaste, car elle a amené au premier monothéisme connu de l'histoire. Ce pharaon a en effet imposé à ses sujets de la ville d'Akhenaten (connu aujourd'hui sous le nom d'Amarna), le culte unique du dieu solaire Aton. Un tel culte pourrait avoir inspiré, bien plus tard, l'idée du culte exclusif de YHWH à Jérusalem.

L'hymne à Aton est un poème glorifiant le dieu solaire. Si l'on le compare avec le Psaume 104, on y trouve de nombreuses similitudes.

Vers -1200, le sage Aménémopé écrit une liste d'une trentaine de maximes et recommendations pour éduquer son fils. Quelques siècles plus tard, ce texte sera repris pratiquement tel quel dans la Bible, en Proverbes 22:17 à 23:11.

Le personnage historique appelé IMHOTEP était un le prototype égyptien qui permit de façonner le personnage "Joseph"..... Qui connait donc IMHOTEP ?

Tiens donc, il parait que EKIPATA est le pays des faux Dieux !

Savez-vous que le mot ISRAEL prend sa racine dans l'EGYPTE ANTIQUE ?

Oui les juifs blancs ont cachés dans le mot ISRAEL des DIVINITES EGYPTIENNES présentés comme des "démons", des "faux dieux" !

 

ISIS-RA-EL

ISRAEL = ISIS  RA ELIMA (EL, ELOHIM) !

Dites moi où pourquoi des soit disant FAUX DIEUX EGYPTIENS se trouvent cachés dans le mot ISRAEL ?

Que dire du blanchissement de LA VIERGE MERE NOIRE EGYPTIENNE par les Mindele Européens ....

Voilà pourquoi que certaines églises chrétiennes occidentales ont préservés des VIERGES NOIRES qui sont antérieures à LA MARIE BLANCHE MERE DE JESUS IMAGINAIRE....Kiadi !

QUELQUES COMPARAISONS ENTRE LA VIERGE MERE NOIRE ET SA COPIE BLANCHE OCCIDENTALE :

Mama Ntoto

ISIS ET MARIE

MADONNA ye ISIS

LA MADONNE NOIRE EN FRANCE

trinit_

Voilà pourquoi très jeune, Ntumua Mase avait abandonné la lecture de la Bible made Occidentale.

Mon apprentissage des MEDU NETER (HIEROGLYPHES) m'a permis de connaître toutes les postures qu'utilisaient les Grands Prêtres Noirs Egyptiens en adoration au Dieu Solaire AMON RA !

MFUMU MUANDA NSEMI a raison car la Religion Solaire Egyptienne se nommait : KINZAMBI KIA KONGO !

A ma grande surprise, de nombreux MBILA (INVOCATION) des Disciples de NE MUANDA NSEMI sont des PRIERES SOLAIRES.... Que dire des postures ? Identiques que celles des Grands Prêtres Solaires d'EKIPATA, de NGIPITI, d'EGYPTE !

Ayant étudier les nombreux parchemins de l'Egypte Antique, je m'en vais vous livrer un large extrait de la vie de SA OUSIR.... Un Enfant Divin qui est naquit en Egypte Antique ayant été le modèle originel pour fabriquer le personnage imaginaire nommé : JESUS-CHRIST !

edfou_horus1

SA OUSIR veut dire FILS D'OSIRIS (HERU, HORUS).

Dans le Nouveau Testament, il existe un texte dénommé : La parabole du riche et de Lazare. Elle est l'une des paraboles attribuées à Jésus de Nazareth. 

Mais est-ce la vérité avec un grand "V" ?

Évangile selon Luc, chapitre 16, versets 19 à 31 (Traduction d'après la Bible Louis Segond) :

« Il y avait un homme riche, qui était vêtu de pourpre et de fin lin, et qui chaque jour menait joyeuse et brillante vie. Un pauvre, nommé Lazare, était couché à sa porte, couvert d'ulcères, et désireux de se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche ; et même les chiens venaient encore lécher ses ulcères. Le pauvre mourut, et il fut porté par les anges dans le sein d'Abraham. Le riche mourut aussi, et il fut enseveli. Dans le séjour des morts, il leva les yeux ; et, tandis qu'il était en proie aux tourments, il vit de loin Abraham, et Lazare dans son sein. Il s'écria : Père Abraham, aie pitié de moi, et envoie Lazare, pour qu'il trempe le bout de son doigt dans l'eau et me rafraîchisse la langue ; car je souffre cruellement dans cette flamme. Abraham répondit : Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et que Lazare a eu les maux pendant la sienne ; maintenant il est ici consolé, et toi, tu souffres. D'ailleurs, il y a entre nous et vous un grand abîme, afin que ceux qui voudraient passer d'ici vers vous, ou de là vers nous, ne puissent le faire. Le riche dit : Je te prie donc, père Abraham, d'envoyer Lazare dans la maison de mon père ; car j'ai cinq frères. C'est pour qu'il leur atteste ces choses, afin qu'ils ne viennent pas aussi dans ce lieu de tourments. Abraham répondit : Ils ont Moïse et les prophètes ; qu'ils les écoutent. Et il dit : Non, père Abraham, mais si quelqu'un des morts va vers eux, ils se repentiront. Et Abraham lui dit : S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader par quelqu'un qui ressusciterait des morts. »

Ici, l'Egypte est au coeur de la pensée antique car elle constitue le creuset fondamental.

Oui pauvres noirs chrétiens, "La Parabole du bon pauvre et le mauvais riche" est une idée familère en Egypte depuis la plus haute antiquité : elle est déjà exprimée dans la SAGESSE DE PTAH HOTEP(vers 2400 ans avant J.C ou l'Ere du Poisson).

Dans le texte égyptien que je vais vous présenté parlant de la vie de SA OUSIR, vous découvrirez le texte original qui a permit aux soit disant "Hommes de Dieu" d'écrire cette parabole.... Ces voyous Mindele ne furent pas inspirés par aucun" SAINT ESPRIT".... La vérité a un autre son de cloche !

Oui, ces voyous Mindele qui écrirent les manuscrits du "nouveau testament" n'ont fait que falsifiés des textes antérieurs à la vie Jésus-Christ ! Cessez donc vos baratins a dit Ntumua Mase !

Un ancien manuscrit égyptien porte le titre de : LES TRIBULATIONS MAGIQUES DE SETNI-KHAEMOUASET ET DE SON FILS SA-OUSIR 

Ce conte tourne autour de la personnalité du prince Khaemouaset, quatrième fils de Ramsès II et grand prêtre de Ptah à Memphis. Sa réputation de sagesse et de science avait fait de lui, dans l'esprit populaire, un grand magicien.
Il s'agit de trois histoires conservées sur des papyri datant de l'époque ptolémaïque. Le premier conte se trouve sur un papyrus du musée du Caire. Les deux autres sont au British Museum.

Première histoire : La quête du Grand livre de Magie.

Le conte évoque la difficile quête menée par Setni-Khaemouaset pour retrouver le livre de magie rédigé par le dieu Thot. Il s'agit du thème universel de la recherche de la connaissance et des secrets divins contre l'avis des dieux.

Setni-Khaemouaset pénètre dans la tombe de Na-nefer-ka-Ptah où il trouve le livre de Thot. Alors qu'il est sur le point de s'en saisir, le ka du propriétaire de la tombe, accompagné de son épouse et de son fils, s'interpose car tous ont perdu la vie dans la quête de ce livre.
Malgré les mises en garde, Setni s'empare du précieux livre, s'enfuit et refuse de le restituer.
Il tombe ensuite sous le charme de Taboubou, fille d'un prêtre de la déesse Bastet, qui le force à lui remettre tous ses biens et à tuer ses enfants.
Or cette abomination n'était que magie dans le but de convaincre Setni de restituer le manuscrit. Setni finit par remettre le livre dans la tombe de Na-nefer-ka-Ptah et sera pardonné.

Deuxième histoire : une descente aux enfers

Le fils de Setni-Khaemouaset, Sa-Ousir, entraîne son père dans le monde de l'Au-delà où ils assistent au jugement d'Osiris et découvrent le sort des défunts qui est fonction des actions qu'ils ont accomplies sur terre.

"Connais ceci en ton coeur, mon père Setni : Celui qui est bon sur la terre, on sera bon pour lui dans le monde de l'au-delà; mais celui qui est méchant sur la terre, alors on sera pour lui éternellement méchant. Ainsi est-il établi et cela durera pour le temps infini."

Troisième histoire : La guerre des sorciers

Un sorcier nubien met le pharaon au défi de lire la lettre qu'il lui apporte sans l'ouvrir. Sa-Ousir parvient à en déchiffrer le contenu. Il s'agit du récit de l'affrontement, à la Cour du roi, du même sorcier nubien et d'un magicien égyptien. Suit un nouveau duel entre les deux magiciens où le Bien finit par l'emporter.

SETNI-KHAEMOUASET est le quatrième Fils de RAMSES II (-1304-1237). Son épouse MEHOU SEKHET mis au monde un FILS DIVIN portant le nom de SA-OUSIR. Nom donné par les Dieux Egyptiens. 

Le début de ce manuscrit est perdu. D'après la suite du texte, on peut le reconstituer : SETNI KHAEMOUASET et son épouse MEHOU SEKHET, n'ayant pas d'enfants , demandent aux Dieux Egyptiens de leur envoyer un FILS !

Extrait : "... Or, une nuit, MEHOU SEKET eut un songe : N'es-tu pas MEHOUSEKHET, l'épouse de SETNI, qui repose en ce temple, afin de recevoir la guérison des mains de DIEU? Quand viendra le matin de demain, rends-toi à la place où se baigne ton époux SETNI, Tu trouveras là un melon d'eau qui y pousse ; tu briseras alors une tige avec ses gourdes et tu les écraseras, tu en feras ainsi un remède que tu placeras dans l'eau et boiras. Cette nuit même, alors tu concevras un enfant pour ton époux.

MEHOU SEKHET s'éveilla du songe durant lequel elle avait vu ces choses ; et elle accomplit tout ce qui lui avait été dit en rêve. Elle se coucha auprès de son époux SETNI, et elle conçu de lui un enfant. 

En effet, lorsque vint le temps de sa purification, elle reconnut le signe d'une femme enceinte. 

SETNI, dont le coeur fut très très heureux, annonça aussitôt la nouvelle au Pharaon. Puis, il plaça sur son épouse une amulette et récita une formule magique (Mbila).

Une nuit que SETNI dormait, il rêva qu'on lui parlait, disant : "MEHOU SEKHET, ton épouse, a conçu un enfant de toi. Le garçon qui naîtra s'appelle SA OUSIR, et nombreuses seront les choses merveilleuses qu'il fera en Egypte.".

SETNI s'éveilla du songe durant lequel il avait vu ces choses, et son coeur fut à nouveau très, très heureux.

Après que MEHOU SEKHET eut accompli ses mois de grossesse, vint le temps de son accouchement ; elle mit au monde un enfant mâle.

Dès que SETNI en fut informé, il le nomma SA OUSIR, conformément à ce qui avait été dit dans le rêve... on le berça et on l'allaita.

Lorsque l'enfant SA-OUSIR fut âgé d'un an, déjà on disait de lui : MAIS IL A DEUX ANS !...Lorsqu'il eut deux ans, on disit : IL A TROIS ANS !

SETNI ne laissait pas s'écouler une heure sans venir le voir, car l'amour qu'il ressentait pour lui était grand plus que toute chose.

Quand l'enfant eut grandi et qu'il fut robuste il fut mis à l'école. Au bout de peu de temps il connaissait toutes les choses mieux que le SCRIBE qui lui avait été donné pour MAÎTRE.

L'enfant SA-OUSIR commença à réciter les TEXTES SACRES avec les SCRIBES de la MAISON DE VIE dans le TEMPLE DE PTAH. Et tous ceux qui l'écoutaient le considéraient comme une MERVEILLE DU PAYS... .SETNI désirait vivement qu'il fut convié, lors d'un banquet, par devant Pharaon et qu'il fut confronté à cette occasion avec tous les hommes sages du pays.

 Un jour SETNI se purifiait pour un banquet selon la coutume de sa maison, un banquet auquel l'enfant SA OUSIR devait venir en sa suite.

A ce moment là SETNI entendit le bruit d'une LAMENTATION FUNÉRAIRE ; il regarda par la fenêtre de sa maison, et il vit le sarcophage d'un HOMME RICHE que l'on emmenait vers la NÉCROPOLE avec de TRÈS FORTS CRIS DE DEUIL et de GRANDS HONNEURS...

Alors qu'il regardait une autre fois, il aperçu LE CORPS D'UN PAUVRE que l'on emmenait dans le désert enveloppé simplement dans une natte seule et sans que PERSONNE L’ACCOMPAGNÂT...

SETNI dit alors : PAR PTAH LE DIEU GRAND COMBIEN EST PLUS HEUREUX L'HOMME RICHE QUE L'ON ENTERRE AVEC DE GRANDES LAMENTATIONS QUE L'HOMME PAUVRE SIMPLEMENT EMMENÉ DANS LE DÉSERT !

Mais l'enfant SA-OUSIR dit à son père : PUISE-T-IL ADVENIR POUR TOI DANS LE MONDE DES MORTS LA MÊME CHOSE QUE CE QUI ADVIENDRA A CE PAUVRE HOMME ! ET PUISSE-T-IL NE PAS T'ADVENIR CE QUI VA ARRIVER A L'HOMME RICHE DANS LE MONDE DES MORTS!.

Lorsque SETNI entendit les paroles de SA OUSIR, son coeur devint très triste et il dit : " Est-ce la voix de mon fils que j'entends ?".

L'enfant SA OUSIR lui répondit : " Quand tu le souhaiterais, je te montrerai le pauvre homme sur qui personne ne pleurait et l'homme riche pour qui était accomplie la lamentation funéraire.".

SETNI : " Comment pourrais-tu faire cela ? ".

Alors SA OUSIR prit son père par la main et conduisit SETNI dans un lieu du désert de l'Occident que celui-ci ne connaissait pas.

Ils découvrirent un bâtiment comprenant sept grandes salles, emplies de gens. Ils pénétrèrent dans la première salle et découvrirent.... Lorsqu'is entrèrent dans la quatrième salle, SETNI vit des hommes en train de tresser des cordes, tandis que des ânes, derrière eux, les déchiquetèrent pour les manger.

Il y avait d'autres gens au-dessus desquels étaient suspendues leurs provisions d'eau et de pain ; chaque fois qu'ils voulaient saisir celles-ci et les faire descendre, d'autres personnages creusaient des trous sous leurs pieds pour les empêcher d'atteindre ce qu'ils convoitaient.

Ils pénétrèrent dans la cinquième salle, et SETNI vit les esprits illustres se tenant à leur rang.

Mais ceux qui étaient accusés de mauvaises actions étaient debout à la porte, suppliants ; le pivot de la porte de cette cinquième salle était fixé dans l'oeil droit d'un homme qui suppliait et se lamentait fortement.

Puis SETNI et son fils SA OUSIR entrèrent dans la sixième salle, et SETNI aperçu les DIEUX qui appartenaient au Tribunal des habitants du Monde des Morts, et qui se tenaient à leur rang, tandis que les serviteurs de l'au-delà étaient debout portant les accusations.

dieux-morts-egypte-543po

Ils pénétrèrent dans la septième salle, et SETNI put contempler la forme cachée d'OSIRIS, le Grand Dieu, siègeant sur un Trône d'Or Fin, couronné de l'ATEF ; ANUBIS, le Grand Dieu était à a gauche, le Grand Dieu THOT à sa droite, et les Divinités constituant le Tribunal des habitants du Monde des Morts se tenaient à gauche et à droite.

TRIBUNAL DIVIN DES ANCÊTRES DIVINISES

La Balance était placée au centre de la salle, devant eux, et ils pesaient les méfaits face aux bonnes actions  ; THOT le Dieu Grand en tenait le registre, tandis qu'ANUBIS informait son collègue.

L'homme dont les méfaits étaient trouvés plus nombreux que les bonnes actions était livré à la "DEVOREUSE" qui dépendait du Maître de l'Au-Delà ; son BA (Âme) était à jamais arraché de son corps, et il ne lui était plus permis de respirer encore.

Mais celui pour lequel les bonnes actions étaient jugées plus nombreuses que les méfaits, celui-là était admis au Monde des Divinités qui constituent le Tribunal du Maître de l'Au-Delà ; cependant que son BA montait jusqu'au ciel avec les esprits illustres.

Celui, enfin, dont on constatait qu'il avait commis autant de bonnes actions que de mauvaises était placé parmi les Esprits Bienheureux qui servent le Dieu SOKARIS  OSIRIS !

rtionnellement au temps de vie que THOT lui avait assigné par écrit au moment de sa naissance, et proportionnellement à sa fortune sur Terre.

Aussi OSIRIS ordonna de donner à cet homme pauvre l'équipement funéraire de l'homme riche que tu as vu emmener de Memphis au milieu de grandes lamentations, et de le placer parmi les Esprits Illustres comme un Homme de Dieu, Serviteur de SOKARIS OSIRIS et résidant près du lieu où siège OSIRIS.

TRÔNE DE DIEU

Quand à cet homme riche que tu as vu , lorsqu'il parvint dans le Monde de l'Au-Delà, on pesa aussi ses méfaits face à ses bonnes actions, et on s'aperçut  que ses mauvaises actions étaient plus nombreuses que les bonnes qu'il avait accomplies sur la Terre. On ordonna  alors qu'il fut emprisonné dans l'Au-Delà.

C'est maintenant l'homme dont l'oeil droit duquel est fixé le pivot de la porte du Monde de l'Au-Delà, de telle sorte que celle-ci s'ouvre et se ferme sur son oeil, tandis que sa bouche demeure béante en une haute plainte.

Par OSIRIS, le Dieu Grand lorsque je t'ai dit sur la Terre : " Puisse-t-il t'advenir ce qui adviendra à ce pauvre homme ; puisse-t-il ne pas t'advenir ce qui adviendra à cet homme riche" , c'est que je connaissais ce qui lui arriverait. ".

SETNI dit alors : " SA OUSIR, mon fils, nombreuses sont les choses merveilleuses que j'ai vues dans le Monde de l'Au-Delà. Maintenant, permets que je comprenne ce qui advient à ces gens que j'ai vus en train de tresser des cordes tandis que des ânes derrières eux les mâchaient ; et ces autres personnes, qui tentaient d'atteindre les provisions d'eau et de pain suspendues au-dessus d'eux, tandis que d'autres hommes creusaient des trous sous leurs pieds pour les empêcher  de s'en saisir.".

SA OUSIR répondit : " En vérité,  SETNI, mon père, ces gesn que tu as vus tressant  des cordes que des ânes derrière eux dévoraient sont des gens qui, sur Terre, ont subi une Malédiction Divine. Ils travaillaient ainsi, nuit et jour, pour leur subsistance, tandis que leurs femmes, dans leur dos, les volaient et ils ne trouvaient plus de pain pour manger. 

Lorsqu'ils sont venus dans le Monde de l'Au-Delà, leurs méfaits ont été reconnus plus nombreux que leurs bonnes actions ; ainsi fut-il ordonné que ce qui leur était arrivé sur la Terre continue à leur arriver dans le Monde de l'Au-Delà.

Il advint chose semblable à ces personnes  que tu as vues, tentant vainement d'atteindre les provisions d'eau et de pain suspendues au-dessus d'eux, tandis que d'autres personnes creusaient  des trous  sous leurs pieds pour empêcher qu'ils en profitent ; et lorsqu'ils sont venus dans le Monde de l'Au-Delà, ce qui leur était arrivé sur la Terre continua à eur advenir ; mais leurs BA furent admis dans le Monde Inférieur (Profondeur de la Terre).

Connais ceci en ton corut, mon Père SETNI : " CELUI QUI EST BON SUR LA TERRE, ON SERA BON POUR LUI AUSSI DANS LE MONDE DE L'AU-DELA ; MAIS CELUI QUI EST MECHANT SUR LA TERRE, ALORS ON SERA POUR LUI ETERNELLEMENT MECHANT ! AINSI EST-IL ETABLI ET CELA DURERA POUR LE TEMPS INFINI. CES CHOSES QUE TU AS VUES DANS L'AU-DELA DE LA REGION DE MEMPHITE, ARRIVENT DANS LES QUARANTE DEUX NOMES, EN LESQUELS SE TROUVENT LES JUGES D'OSIRIS LE GRAND DIEU !".

Ainsi se termina le discours prononcé par SA OUSIR pour son Père SETNI. 

Alors il descendit à nouveau du désert de Memphis, son Père SETNI le tenant embrassé, et ils allaient main dans la main.

SETNI lui demanda : " SA OUSIR, mon fils, est-ce que le chemin que nous prenons pour descendre est différent de celui que nous avons pris pour monter ?". Mais SA OUSIR ne répondit absolument pas.

SETNI était fort étonné de toute cette expérience qu'il avait vécue, il pensait ; " Il sera capable de devenir l'un de ces Esprits Illustres et un Serviteur de Dieu et je pourrai aller avec lui et dire : "Il est mon Fils !".

SETNI, ensuite, récita une formule du Livre pour exorciser les esprits, car il demeurait encore perdu dans l'émerveillement de ce qu'il avait vu dans le Monde de l'Au-Delà. Et ces choses pesaient lourdement sur son coeur, car il ne pouvait les conter à aucun homme sur la Terre."....Ingeta ! Ibobo, Ibobo !

.. Lorsque l'enfant SA-OUSIR fut âgé de DOUZE ANS, il agissait de telle sorte qu'aucun des SCRIBES ou des NOBLES PERSONNAGES de MEMPHIS ne POUVAIT LUI ÊTRE COMPARE DANS L'ART DE LA LECTURE ET DE L'ECRITURE DES FORMULES MAGIQUES... "

Vous comprenez tous que les Grands Nabi Kôngo ont raison de dire :

- Kutu di wufiona dia Zengi ; ye vo, nkutu Zoba, mfuanda yimosi.

- On ne peut manipuler que celui qui est un imbécile ; et que même un idiot, on ne le trompe jamais éternellement.

Que ce qui est advenu au riche puisse arriver à tous les MBUA ZA NTANTU qui commettent des iniquités sur la Planète Terre a dit Ntumua Mase !

MANTEZOLO, ZOLA NSIMBA YE BASANGANA FILS ONT ETE MAUDIT PAR SA OUSIR (MFUMU MUANDA NSEMI) A DIT NTUMUA MASE !

Méditez sur ce Texte Sacré Egyptien en espèrant que lors de votre passsage dans le Tribunal Céleste vos mauvaises actions ne seront pas supérieurs aux bonnes actions !

Les Serviteurs du Grand Dieu AKONGO chanteront ce CHANT MYSTIQUE en creusant des trous sous vos pieds en disant :

- Koka, koka kekele, yâ kimbumpulu’e, mambu kanata !

- Descend, descend dans le trou, ô ! Monsieur le Voyou, le transgresseur de la Loi !

Ntumua Mase

Le Scribe Divin  du Dieu THOT (DJEHUTY) !

Le Disciple de MFUMU MUANDA NSEMI