Nganga Zumbu (2)

Yenge Batata ye Bayaya mu Amelika ya Nza yamvimba

De 1671 à 1695 au BRESIL, un autre MAKANDALA KONGO, dénommé NGANGA ZUMBU(= LE SPECIALISTE DU MACQUIS) dirigeant la REVOLTE DES NOIRS en AMERIQUE, inflige 25 DEFAITES aux troupes HOLLONDAISES et PORTUGAISES entre 1671 ET 1695.

Qui était NGANGA ZUMBU d'après l'histoire des Noirs Brésiliens car ces derniers sont des Noirs Bakongo déportés par les Portugais lors de la Traite Négrière organisée par les Mindele Portugais dès le 14ème siècle dernier.

Nganga Zumbu était le souverain du quilombo de Palmares élu par une assemblée de chefs.

Cet homme charismatique, ce chef de Guerre brillant et Africain assumé est le premier à avoir mené une résistance d’ampleur contre les injustices faites aux Noirs aux Amériques.

Originaire du Kongo et né dans la localité noire de Quilombo de Palmares dans le nord-est du Brésil en 1655, il est capturé à 7 ans et donné à un religieux qui le baptise Francisco. A 15 ans il s’échappe et retourne à Palmares où il prend le nom de Zumbu. Il mène la communauté quilombo forte de 50 000 membres à de nombreuses victoires contre les portugais. 

En 1678, après plusieurs campagnes, le gouverneur Pedro de Almeida signe un accord avec son oncle de Nganga-Zumbu, Chef de la communauté. L’accord garanti la liberté de la communauté même si d’autres sources disent que le gouverneur avait offert à Quilombo l’amnesty à condition qu’elle continue à subir l’esclavage. Nganga Zumbu rompt l’accord et reprend les hostilités avec les portugais. Le chef africain veut l’arrêt total de l’esclavage. 

Les attaques portugaises sur Palmarès s’intensifient, Nganga Zumbu répond par une extraordinaire résistance et invite ses hommes à mourir pour la liberté. Un nouveau chef, Domingo Jorge Velho est nommé en 1694 pour en finir avec cette insurrection, détruire Palmarès et tuer Nganga Zumbu. A la tête de 2000 hommes et d’une artillerie, il finit par trouver le leader noir qui reçoit une balle mais reprend la bataille contre les portugais. 

La même année, les portugais donnent l’assaut contre la localité la plus importante de Quilombo. La communauté résiste pendant 22 jours avant d’être totalement défaite. Nganga Zumbu blessé, s’enfuit et continue à se battre. Il est trahi par un de ses anciens collègues. Il est arrêté et le 20 Novembre 1695 est décapité. Sa tête est emmenée dans la ville de Recife et exposée.

Nganga Zumbu (= Zumbi dos Palmares) est considéré comme le père des idées révolutionnaires afro-brésiliennes et le symbole de la résistance noire. Un aéroport dans le nord-est du Brésil qui a la plus forte proportion d’africains portent aujourd’hui son nom.

Avec : http://africanhistory-histoireafricaine.com/

Nganga Zumbu au Brésil


Ce personnage reste une icône de la résistance anti-esclavagiste et anti-colonialiste, et un héros pour la communauté afro-brésilienne, le Brésil et l'Amérique latine en général. Le 20 novembre, anniversaire de sa mort, est considéré comme le jour de la conscience et de la résistance afro-brésilienne (consciência negra).
Le film Quilombo (1985) du réalisateur brésilien Carlos Diegues dépeint la résistance de Palmares.

Dia national da Consciença Negra, incarné par Zumbi dos Palmares, est la célébration d’une prise de conscience de l’importance de la communauté noire au Brésil, de sa force économique et du besoin de reconnaissance et d’existence.

Le 20 novembre 1695, jour de la mort de Zumbi, est à mettre en regard avec la date du 13 mai 1888, date officielle de l’abolition de l’esclavage au Brésil par la Princesse Isabel, c’est à dire 40 ans après l’abolition de l’esclavage en Europe.

Le Brésil a été le dernier pays à abolir l’esclavage, poussé par des raisons principalement religieuses (l’église catholique condamnait l’esclavage) et économiques (la traite étant interdite, le coût devenait de plus en plus onéreux).

Il faut attendre 1971, une prise de conscience tardive, pour que se crée un mouvement noir pour la reconnaissance de Zumbi comme étant le premier héros noir brésilien à commémorer.

Mais ce n’est qu’en 2003 qu’une loi institue le 20 novembre comme journée de la commémoration de la Conscience Noire. En 2006 le président Lula est allé se recueillir avec émotion, à Ouidah, au Bénin, d’où partaient les esclaves vers le Brésil.

En 2010 seulement 11 Etats commémorent cette journée. L’Etat de São Paulo, qui est la deuxième localité en population noire en dehors de l’Afrique, le fait depuis 2004.

Derrière les faits il existe encore une résistance à la reconnaissance du mouvement de résistance mené par Zumbi. Un premier pas pour le Brésil qui sera franchi lorsqu’il aura integré la diversité comme une vraie richesse.

Voilà que l'Histoire de la vie de Nganga Zumbu ressemble étrangement à la Guerre qu'avait entrepris le Mani Kongo Vita Nkanga.

En Octobre 1665, le Père LUBELADIO prit les armes et accompagna le Roi  VITA NKANGA au champ de bataille, dans la GRANDE GUERRE DE MBUILA. 

Le 29 Octobre 1665, la GRANDE GUERRE de MBUILA éclata pendant 9 heures sans interruption. Les Portugais tirent des coups de canons sans interruption, face aux Bakongo armés des flèches empoisonnées.

guerrier kongo

Le Roi VITA NKANGA est gravement blessé. Il sait qu' il va mourrir et donne à l' Abbé LUBELADIO son testament  à ce Vaillant Prêtre qui accompagna ce Roi à la guerre pour la gloire et  l' unité nationale du Kongo.

Plein de sang, le Roi VITA NGANGA se redressa soudain et dit :

1. N' oublie pas, qu' à tes Ancêtres, le Grand MFUMU AKONGO avait dit : 

Kongo tadi : kabasu'e mbasinga !

2. Ainsi, tu poursuivras la guerre 

O ! Vaillant Fils du Kongo !

Tu poursuivras la guerre, jusqu' à la réunification totale du Kongo !

3. Ta guerre c'est la guerre sainte de l' unité nationale du Kongo et de l' intégrité de son territoire !

Car, Kongo tadi : kabasu'e mbasinga,

O ! Vaillant Fils du Kongo !

Kana kuzingila kia kukia !

Après ces paroles, le Grand Roi VITA NKANGA tomba et rendit l'  Ame. 

Pendant ce temps, l' Armée Portugaise encercla le Roi...Un soldat lui coupa la tête du Grand Roi VITA NKANGA...Une forte pluie se mit soudain à tomber...Des tonnerres roulèrent dans les nuages obscures d' allure menaçante. ...Pris de panique, les Portugais décidèrent de se retirer et de rentrer à Luanda où se trouvait leur forteresse.

A Luanda, les Portugais célèbrent une messe d'action de grâce aux Ancêtres des Blancs qu' on appelle les SAINTS...Ensuite, on enterre la tête du Grand Roi VITA NKANGA dans l' Eglise Notre Dame de Nazareth à Luanda.

Après la guerre de MBUILA, les Portugais amènent la guerre à MBANZA KONGO qui ne sera plus habité et finalement détruit.

Les Mindele devraient savoir qu'un MAKANDALA KONGO ne meurt jamais ! Il revient toujours finir sa mission ici-bas...Ingeta ! Ibobo, Ibobo !