BANA BA KONGO

Dieu a créé plusieurs peuples et a donné une langue nationale à chaque peuple. Le KIKONGO est la langue du Grand Ancêtre KONGO NIMI, la langue du peuple Kôngo,  la langue de nos Ancêtres à KONGO DIA NTOTELA.

Donc la LANGUE-MERE de tous les dialectes parlés dans l'espace culturel Kôngo qui va du Nord de la Namibi (Ovambu, Helele) au Gabon ; de l'océan Atlantique au Zambezi  ; à la rivière Kasaï au lac Mandombe, etc...

KONGO DIA NTOTELA, tous nos dialectes actuels n'existaient pas. Car toute la communauté Kôngo rassemblée là-bas parlait la même langue KIKONGO avec la même intonation.

A partir de la région de MBANZA KONGO DIA NTOTELA, nos Ancêtres se dispersent et vont prendre possession des nouvelles terres au nord, au sud, à l'est et à l'ouest du Mont KONGO DIA NTOTELA, le Mont NKUMBA WUNGUDI.

Sur ces nouvelles terres, ils rencontrent des différents ethnies des MBAKA (Pygmées) autochtones avec lesquelles ils se marient, devenant un SEUL PEUPLE.

La langue KIKONGO se maria avec les différents dialectes MBAKA, donnant ainsi naissance à tous ces dialectes de langue KIKONGO connus dans l'espace culturel KONGO. Tout cela c'est le KIKONGO coloré par un certain apport d'origine MBAKA.

Pour réunifier le KIKONGO, nous devons adopter comme parler officiel le KIKONGO du Centre du Monde Kôngo ; donc le KIKONGO du Triangle MBANZA KONGOKINDIBUMANIANGA. La moyenne idéale de ce KIKONGO du Centre est le KIKONGO avec lequel le Chef Fondamentale Kôngo écrit les enseignements de BUNDU DIA KONGO, du Temple Kôngo.

L'intonation de la même langue française varie selon qu'on est de Marseille, à Paris ou à Charleroi. De la même manière, l'intonation de la même langue KIKONGO varie selon les différentes régions du grand Royaume de KONGO DIA NTOTELA.

- Le  KIYOMBE c'est le KIKONGO avec l'intonation de la région de Mayombe, dans la province de Kongo dia Luangu.

- Le KINZOMBO c'est le KIKONGO avec l'intonation de la commune de Zombo, dans la province de Kongo dia Lemba.

- Le KILARI c'est le KIKONGO avec l'intonation de la région de Lulari, dans la province de Kongo dia Luangu.

- Les autres intonations du KIKONGO portent les surnoms de Kivili, Kipunu, Kipembe, Kiyaka, Kidondo, Kiteke, Kilamba, Kikamba, Kikunyi, Kisuku, Kindibu, Kisolongo, Kiwoyo, Kimbundu, Kiholo, Kitsokue, Kibuende, KImboma, Kindembo, Kiwumbu, Kilumbu, Kimbata, etc...

La langue nationale est le plus grand attribut d'un peuple. Chaque peuple doit donc se battre pour réhabiliter sa langue nationale, la promouvoir, l'utiliser dans tous les domaines et assurer son rayonnement et son expansion à travers le monde. Dans ce cadre, la musique constitue un facteur très important pour assurer l'expansion d'une langue.

La naissance du "Munu Kutuba" appelé "Kikongo ya Leta".

Le colonisateur arrive au Kongo. On lui dit "Nzadi" et il écrit "Zaïre". On lui dit "Musinsi" et il écrit "Musenzi". On lui dit"Mani Mbuku" et il écrit "Manboeck". On lui dit " Ngombe" et il écrit "Gombe". On lui dit "Ndamba" et il écrit "Damba". Arrêtons-nous ici, car la liste est très longue...

Qu'un étranger prononce mal les mots d'une langue étrangère, cela peut se comprendre. Mais ce qui est ridicule, c'est de voir des Kôngo accepter toutes ces fautes et se mettre à les considérer comme la nouvelle façon de prononcer les mots de la langue de leurs Ancêtres!

Pourtant, beaucoup de nos compatriotes ont été renvoyés de l'école pour avoir mal prononcé ou mal écrit des mots français, portugais, anglais et autres langues occidentales. Quand vous écrivez et prononcez mal la langue du colonisateur, on vous fait échouer à l'école : tandis que lorsque le colonisateur se met à torpiller votre langue, vous vous mettez à le copier. Cest ridicule !...

Quand il s'agit d'écrire ou de prononcer le français ou le portugais, les "intellectuels" Kôngo sont très stricts et très sévères en matière d'orthographe, d'accents, de virgules, mais dès qu'il s'agit du KIKONGO de leurs Ancêtres, ils trouvent .normal qu'on puisse dire "Zaïre" à la place de "Nzadi" ; "Diumbu yayi" à la place de "Diambu diadi" ; "Lekua yayi" à la place de "Lekua kiaki" !

Voilà comment le culte de la Francophonie et de la Lusophonie a abruti nos enfants à l'école en les transformant en véritables sardines sans têtes pensantes, en "intellectuels-perroquets" jute bonsd pour répéter machinalement des discours mémorisés à l'école !

En langue KIKONGO pour dire "cette maison", on dit : nzo yayi. On dit : lekua kiaki, ou kima kiaki.

Pour "cette affaire" on dit "diambu diadi". Pour dire "ces affaires" on dit mambu mama ; "cette histoire" :nsamu wau.

Le "ce" démonstratif (cet, cette, ces) devient "yayi", "diadi", "kiaki", "mama", "wau", suivant le nom qu'il désigne.

Incapable de savoir où il faut dire yayi, diadi, kiaki, mama, wau, le colonisateur s'est mis à dire :

- "meza wau" à la place de "meza mama"

-"lekua diadi" à la place de "lekua kiaki"

"nzo kiaki" à la place de "nzo yayi"

"diambu yayi" à la place de "diambu diadi". Quelles fautes abominables !

Finalement, le colonisateur décide de dire "yayi" partout, comettant ainsi des fautes abominables du genre : "diambu yayi", "mambu yayi", "lekua yayi", "nsamu yayi", etc...

Et lorsque les Africains, imitateurs aveugles du colonisateur s'en sont mêlés, la "chorale" est montée très haut...et voilà une nouvelle langue qui fait son apparition en Afrique Centrale, dans l'espace culturel Kôngo, un espace naturellement kongophone....

Supposonsqu'un Africain arrive en Allemagne et qu'il se mette à dire "der" à la place de "dem" ; croyez-vous que les valeureux Allemands vont accepter cette dévaluation de leur langue et opter pour cette fausse façon de parler l'Allemand ? Non !

Vous arrivez en France. On vous dit "Je" et vous prononcez "Ze". On vous dit "chaleur" et vous prononcez "saleur". On vous dit "expliquer" et vous prononcez "spriquer"...Croyez-vous que les Français vont accepter toutes ces fautes et changer la façon de parler leur langue ? Non !

Alors pourquoi voulez-vous que nous autres Kôngo puissions accepter ce KIKONGO falsifié qu'on appelle le "Munu Kutuba", "Ikeleve", "Kikongo ya Leta" ?

"Ikeleve" veut dire : il n'y a pas.

"Munu" veut dire : moi.

"Kutuba" c'est le verbe "dire", "parler" à l'infinitif. "Kutuba" c'est "dire".

La langue "Munu Kutuba" signifie donc : la langue "Moi je dire" !

Le "Moi je dire" la langue de quel peuple ?

Sûrement c'est la langue d'un peuple aliéné par la colonisation, dont l'élite s'appelle : "intellectuels-perroquets" !

Note : Extrait du livre de NE MUANDA NSEMI appelé "Réhabiliter le Kikongo" page 6 à 9.

Un exemple de la médiocrité des ces "intellectuels-perroquets" :

Nathalis Lembe Masiala est Docteur en Langues et Cultures africaines de l'Université de Gand en Belgique.

 

Elle est l'auteur du dictionnaire Kikongo ya Leta (Munu Kutuba) présenté comme un dictionnaire bilingue Kikongo-Français...Donc pour ce professeur "intellectuels-perroquets" le "Munu Kutuba" est du KIKONGO...Malheurs à ces MBUA ZA NTANTU qui sabotent l'Authenticité de la langue KIKONGO, la langue sacrée des NABI KONGO, des Fondamentaliste Kôngo de BUNDU DIA KONGO, la langue des BANA BA ZULU venus de la rayonnante étoile KAKONGO..

Voici ce que dit le NLONGI'A KONGO NE MAKANDALA NE MUANDA NSEMI concernant le "Dictionnaire  Kikongo-Français  de   Karl Laman" :

"Dans l’intention d’amener les Négro Africains à se désintéresser du Dieu de leurs Ancêtres, et ainsi à les convertir au Christianisme Colonial, les missionnaires de l’occident se sont mis à dénigrer les Dieux Africains et à les qualifier de fétiches.

Ainsi, dans son dictionnaire Kikongo-Français, qui contient qu’en même beaucoup de fautes, le missionnaire Suédois, Karl Laman, de la S.M.F, écrit :

1º)  Kôngo : c’est le nom d’un Fétiche très puissant.

2º)  Mpungu : c’est un Fétiche puissant

3º)  Mbumba : c’est un Fétiche puissant.

Là où Karl Laman dit Fétiche, mettez Dieu. Car, en effet, le NZILA KONGO enseigne que Dieu a plusieurs attributs, dont les trois principaux sont Lendo (le pouvoir), Zola (l’amour), et Ngangu (l’intelligence).

1º) Lorsque Dieu se manifeste en tant qu’intelligence Créatrice, il se nomme Nzambi’a Mbumba (Dieu Créateur). Ainsi, disait Mfumu Nsaku Ne Vunda :

Ne Mbumba wawumba zulu ye ntoto.

2º) lorsqu’il se manifeste en tant qu’Amour et Sagesse qui gardent et protègent l’univers crée, Dieu se nomme Ne Kôngo Kalunga.

Par son Amour qui remplit tout l’univers, ce Dieu est partout. Il est dans tout et au dessus de tout. Il est la Lumière qui luit au cœur de toute chose.

Ainsi, disait Mfumu Nsaku Ne Vunda : 

     Ne Kongo Kalunga walungila mu babo ye biabio

3º) lorsque Dieu se manifeste en tant que Pouvoir qui gouverne l’univers, il se nomme Tata Nzambi’a Mpungu, Dieu le Père tout puissant.

Ainsi, Karl Laman devrait écrire : 

-        Ne Kongo Kalunga   : Dieu Omniprésent

-        Ne Mbumba          : Dieu Omniscient

-        Ne Mpungu          : Dieu Omnipotent

Tous les trois sont Un, car ils ne sont que les trois premiers attributs d’un même Dieu qui est Omniprésent, Omniscient, et  Omnipotent.

L’aigle est le symbole de Ne Mpungu, qui est Dieu en tant que Pouvoir dans l’univers."

Je voudrais ajouter aussi l'existence d'un "Lexique Kikongo-Français de Dereau" codifié à partir du "Dictionnaire Kikongo-Français de Laman" donc ayant beaucoup de fautes...Ingeta!

Un Sage conseil : "Utilisez les livres de NLONGI'A KONGO NE MAKANDALA NE MUANDA NSEMI" où vous trouverez le KIKONGO PUR, La Langue Sacrée du BUKONGO, La Langue des BANA BA ZULU...Ibobo ! Ibobo ! Ibobo !

Certains livres de NE MUANDA NSEMI sont écrits à la fois en Français et en Kikongo Pur où vous trouverez du vocabulaire pour comprendre cette Langue Sacrée...Ingeta !

Personnellement ma progression est faite grâce aux nombreux livres de NE MUANDA NSEMI que j'ai étudié et je persévère dans le NZILA KONGO...Ingeta !

Afin d'apprendre de façon efficace cette Langue-Mère de la Race Noire Mondiale...Bu ntele !

Mu nkumbu'a Mfumu'eto NE MUANDA KONGO tulombele bo ingeta !