Sitting de Bakongo_flyer

 

Yenge Kieno bampangi zeto,

Mes chers frères et sœurs Bakongo d’Afrique, d’Europe, d’Amérique, des Antilles, des Caraïbes,

Chers afro-descendants et amis du peuple Kongo.

Nous vous invitons à venir nombreux soutenir le sitting que nous organisons en vue de décrier les injustices perpétrées contre notre peuple, et aussi d’annoncer notre désir d’indépendance, ce samedi 20/08/2016 de 13h30 à 17 h00 à Bruxelles devant la Commission Européenne.

C’est sûr que vous êtes en train de vous posez des questions sur le caractère de ces injustices ou sur pourquoi décider d’une indépendance ?

D’abord permettez nous de vous faire un bref rappel sur le peuple Kongo communément appelés les Bakongo. Fondé par notre vaillant et brillant ancêtre, notre vénéré Patriarche, le très Grand et Puissant Nimi Kongo, le dompteur de lion et de léopard, connu aussi sous le nom de Nimi ya Lukeni ou encore Nimrod, le peuple Kongo a une histoire riche.

Nous sommes un peuple millénaire, nous avons une culture et une langue millénaire.

Pourtant, les Bakongos que nous sommes, subissent plus de quatre siècles de souffrances, d’injustices non justifiées, perpétrées par des envahisseurs qui nous emmènent misère, mort et désolation, en passant parfois par nos propres frères qui acceptent de jouer le rôle du nègre de maison.

Lors de l’invasion du 15, 16 et 17 ème Siècles, par les Portugais puis les Hollandais, plusieurs figures emblématiques se sont levées au sein de notre communauté pour décrier et combattre ces crimes impunis et ces injustices.Yaya Vita Kimpa reste la plus vaillante de ces personnes et marque encore nos esprits.

En 1885, La division de l’Afrique { la conférence de Berlin, de son vrai nom Conférence sur le bassin du Kongo, a profondément affectée la configuration de notre communauté.Oui ! Les Bakongo ont été divisés, exterminés et contraints aux travaux forcés, et à d’autres maltraitances issues de la colonisation.

Encore là, se sont, une fois de plus, levés nos ancêtres pour décrier ces crimes. Mvuluzi Mfumu Kimbangu reste la figure la plus redoutable de cette époque. Il demeure à ce jour, le plus vieux prisonnier politique bien qu’on essaye de taire ou de flouer son combat.

Citons également, Nos pères de l’indépendance Kasa Vubu, Nzeza Landu, Thomas Kanza, Mbuta Bikebi, et autres, rassemblés dans l’Abako, emprisonnés en janvier 1959 alors qu’ils clamaient haut et fort DIPANDA, KIMPWANZA, INDEPENDANCE ; et tous ces martyrs morts le 4 janvier parce qu’ils voulaient un Mukongo libre jouissant de l’héritage de ces ancêtres.

Après le départ des colons, nous sommes, sans notre consentement, restés rattachés à d’autres communautés par un mariage forcé dans ce pays ou cet enclos des colonisateurs dont le seul et unique but hégémonique est de piller nos ressources, nous tirés humainement et culturellement vers le bas.

Au lieu de transformer ce mariage forcé en mariage d’amour, de trouver un juste consensus et mettre ensemble nos forces pour que nous ayons un pays «grand, beau, uni et fort » tel que scandé dans nos slogans de propagande, non, les Bakongos se retrouvent peu à peu à être spoliés de leur richesse et mêmes de leur terre, à voir leurs communautés de plus en plus paupérisés, { voir l’expression de leur culture subtilement étouffée.

Quelles sont les injustices que les Bakongo subissent actuellement, les injustices (celles) pour lesquelles nous vous mobilisons?

La liste de ces injustices est longue et non exhaustive ………

Commençons par les Injustices d’ordre politique.

Les Bakongo, instigateurs de l’indépendance n’ont même plus le droit de dire sur leurs propres terres.

Combien de leaders Bakongo ont été assassinés depuis notre accession aux indépendances et combien de fois devons-nous regarder, sans réagir, le sang de notre peuple versé ?

Les cadres Bakongo sont systématiquement écartés des services de sécurité, de l’armée, de la police.

Des génocides se déroulent contre notre peuple dans l’indifférence totale de l’opinion nationale et internationale.

Nous nous rappelons Le massacre des Bakongo au Kongo Central en 2008, crime non indemnisé jusqu’{ ce jour, bien que ce soit une recommandation du parlement.

Les politiques ont projeté L’emphytéose de Muanda qui aurait emmené les Bakongo { perdre leurs terres au profit des multinationales étrangères.

Il y a aussi le cas de l’île de Mateba qui aurait été vendue par des élites politiciennes étrangères à la communauté Kongo.

Il ya eu formation d’un gouvernement de cohésion national { 48 ministres dans lequel n’est représenté aucun Mukongo alors que le Kongo Central est un des poumons économiques de la République Démocratique du Congo.

Sans oublier que la rétrocession des 40% des recettes affectées au Budget de fonctionnement de la Province n’a jamais été effective.

Il y a aussi des Injustices d’ordre culturel et socio-économique.

Que des projets perfides pour rendre les Bakongo de plus en plus pauvres matériellement afin de s’accaparer de leurs terres riches et immenses.

Le Mukongo appauvri est fragilisé puis exposé à la recherche de la survie et non du développement.

- certains sont obligés de vendre leurs terres en signant des contrats de ventes qu’ils ne comprennent pas - certaines terres sont prises par ruse en opposants les membres d’une même communauté, d’une même famille ou d’un même clan.

- certaines terres sont carrément prises de forces et sont exploités librement par des protégés du pouvoir en place.

- Le Mukongo est marginalisé et discriminé. A diplôme égal et même à meilleures compétences, dans les entreprises tant publiques que privées il n’est pas recruté. Même dans sa propre province.

- Le courant est produit dans les barrages d’ Inga et de Zongo, mais le Mukongo n’a pas de courant. Le bois, le makala reste sa première source d’energie. Il est obligé de déforester en plein 21ème Siècles alors qu’il produit de l’électricité.

- Le Mukongo est confronté à un appareil judiciaire et administratif qui joue contre lui. Car dirigé par des gens qui ne parlent pas Kikongo (les magistrats, les administrateurs des territoires, chefs de districts, j’en passe …).

Tout est mis en place pour faire disparaitre la langue Kikongo au détriment des langues étrangères dans notre espace culturel, et ainsi mieux dominé le Mukongo.

Malheureusement, ou Bizarrement, ces mêmes injustices sont vécues par les Bakongo du pays de Mbuta Matshoua, vous avez surement entendus parler.

- Des massacres des Bakongo lors de la guerre du Pool

- De l’affaire des disparus du Beach au Kongo Brazzaville en l’an 2000

- Des bombardements des populations bakongo dans le Pool au Kongo Brazzaville qui, débutés au mois de Mars 2016, se poursuivent jusqu’{ ce jour dans l’indifférence total au niveau nationale et internationale.

- L’emphytéose du Kuilu au Kongo Brazzaville dont les terres avaient été vendues aux fermiers Sud-Africains.

Quel peuple pourrait accepter que des membres d’autres communautés viennent vendre ou régner sur une terre appartenant à leurs ancêtres ? Un Yoruba pourrait-il vendre ou régner sur les terres ancestrales d’un Haoussa ? Un luba la terre d’un Tetela ? Un Tutsi la terre d’un Hunde ?

Pourquoi il en serait autrement pour les Bakongo ?

La terre est sacrée pour les Bakongo ! Et nous estimons, qu’elle l’est pour tous les peuples.

C’est donc autant d’injustices que nous considérons trop cher payé.

Combien de temps allons-nous crier que nous en avons mare ? Combien de temps allonsnous crier que trop c’est trop ?

Après avoir essayé plusieurs fois de faire entendre notre voix, nous les Bakongo de la diaspora d’Europe, manifestons notre désir d’indépendance du Kongo Central.

Aux noms de tous nos ancêtres, aux noms de tous les Bakongo de la RDC frappés par tant d’injustices.

Nous demandons { tous les Bakongo d’Europe, d’Amérique, des Antilles et des Caraïbes, à tous les afro-descendants, et à toute personne éprise de justice de nous soutenir dans la réalisation de ce qui sera le premier noyau d’un État confédéral d’Afrique central.

Plusieurs actions seront mises en place mais déjà ce 20 Août prochain, de 13 h30 à 17 h00, venez nombreux au sitting que nous organisons à Bruxelles devant la Commission Européenne.

C’est eux qui nous ont enfermés dans cet enclos, nous leur informons de notre vœu aujourd’hui, de nous détacher de la RDC afin de nous constituer en un État indépendant du Kongo Central et de nous prendre en charge.

Gloire et Honneur à Tata Nzambi a Mpungu, dispensateur de Tout, Gloire { l’Archange Ne Muanda Kongo créateur de Kongo Dia Ntotela et Gloire à Yaya Vita Kimpa, Gloire à Mvuluzi Kimbangu, Gloire à nos ancêtres glorifiés. Puisse leur bénédiction demeurer sur nous tous.

Vive l’État indépendant du Kongo Central, vive l’Union de Ntimansi, l’union des États fédérés d’Afrique central. Ingeta, ibobo, ibobo !

Lieu: PLACE SCHUMANN

          Rue de la loi

          1040 Bruxelles

          Devant la commission européenne

Heure: de 13h30 à 17h00

Après le sitting une rencontre sera tenue en vue d’échanger et de programmer les actions futures. Le lieu et place de cette rencontre vous seront communiqués lors du sitting.

Contact:

0032466213139
0032485820757

bdm.belgique@gmail.com

Merci de transférer ce message à tous les Bakongo de l’Europe, et aux associations, églises,  mouvements religieux Kongo et aux partis politique Kongo et congolais.

Luiza lueno mu yenge.

Matondo mamingi

Comite BDM/Benelux

VIDEO MUE LUEMBA